OVH.com lance son 9e datacentre, et le 1er en Amérique du Nord

Roubaix, le 24 mai 2012

OVH.com lance son 9e datacentre, et le 1er en Amérique du Nord

Le leader européen de l’hébergement Internet* est prêt à accueillir les commandes de ses clients européens qui souhaitent bénéficier d’un serveur dédié en Amérique du Nord. En à peine six mois, le site industriel de Beauharnois (Québec) s’est transformé en datacentre opérationnel. OVH.com est ainsi en mesure de proposer une première gamme d’offres de services d’hébergement à tous les utilisateurs désireux de développer leurs activités en Amérique. À partir du 24 mai et jusqu’au 1er août, 10 000 machines seront mises gratuitement à la disposition des utilisateurs, une première mondiale dans l’hébergement Internet.

Pour réussir sur l'Internet, OVH.com a adopté depuis toujours une recette simple : faire autrement. Ainsi, l'hébergeur construit ses datacentres qu'il refroidit sans climatisation, construit ses serveurs, gère son réseau européen et assure le support avec ses équipes internes.

Pour bâtir son 9e datacentre, le 1er sur le continent américain, OVH.com s’est appuyée sur le modèle qui fait son succès depuis plus de 10 ans. Grâce à cette spécificité, l’hébergeur pourra proposer ses serveurs dédiés au même prix qu’en Europe, soit 4 fois moins cher que ses concurrents américains.
Pour cela, ce nouveau datacentre est alimenté par de l'énergie verte, provenant d’un barrage situé à seulement 300 mètres du bâtiment. OVH.com prévoit, à terme, de consommer 40 MVA, avec un PUE inférieur à 1,1.

Mais ce n'est pas la seule différence. Situé au Québec, à 80 kilomètres de la frontière avec les États-Unis, ce datacentre est proche des grandes villes de l’est des USA, tout en restant compatible avec les besoins de confidentialité réclamés par ses clients européens.

À l’inverse de ses concurrents, OVH.com a investi dans le déploiement d’un réseau à travers le Canada et les USA. Basée sur la nouvelle technologie de 100 G cohérent, ces équipements permettent de gérer un réseau redondant d’une grande capacité (10 Tbps). L’hébergeur assure ainsi une disponibilité réseau de 100 %, et de faibles latences.
Toujours à l’opposé de la concurrence qui multiplie les petits bâtiments, OVH.com a fait le choix de bâtir un datacentre d’une envergure inédite, sur la côte Est. En effet, ce centre de données aura à terme une capacité de 360 000 serveurs physiques. Cette méthode requiert un investissement de départ beaucoup plus important, mais permet une industrialisation du métier et donc de réaliser des économies d’échelle.

Enfin, OVH.com n’achète pas ses serveurs, mais les fabrique sur ses propres chaînes de montage, situées directement dans le datacentre. Résultat : chaque jour, jusqu’à 400 serveurs physiques sont assemblés « just in time » selon les besoins des clients, puis livrés en moins d’une heure.

En un mot, OVH.com va faire la différence sur le marché américain grâce à son business model : réduire les coûts opérationnels tout en investissant massivement dans l’innovation. Une stratégie sur le long terme, opposée à la quête du profit immédiat privilégiée aujourd’hui par l’industrie.

* Source Netcraft, avril 2012

Pour en savoir plus : www.ovh.com

À propos d'OVH.com

Fondée en 1999 par Octave Klaba, OVH.com est une société française indépendante basée à Roubaix. Elle est le numéro 1 de l’hébergement en Europe et se positionne au 4e rang mondial pour les noms de domaine (source Netcraft, avril 2012). Son atout majeur ? Un rapport qualité / prix inégalé sur le marché qui en fait LA véritable référence des acteurs Internet.
Forte d’importants avantages technologiques, tel un système exclusif de refroidissement des serveurs, OVH.com a toujours prôné l’innovation et la performance tout en respectant une démarche écologique et environnementale.
Hébergeant aussi de nombreuses radios et les plus gros réseaux de serveurs de jeux, OVH.com relève aujourd’hui le défi du Cloud Computing. Bien ancrée sur le marché mondial, l’entreprise étend en effet son savoir-faire en Europe et bien au-delà avec plus d’une quinzaine de filiales, dont une récente sur le continent nord-américain.