Sky is not the limit ! La mine d’or des données spatiales sur le Public Cloud d’OVH

Temps de lecture estimé : 4 minute(s)

OVH a la tête dans les étoiles. Sélectionnée par l’Agence spatiale européenne (ESA) via son partenaire SERCO, la solution de cloud public d’OVH va héberger les données du projet Copernicus afin de promouvoir les usages liés à l’imagerie satellitaire. À la clé, des dizaines de pétaoctets de nouvelles données à valoriser pour les développeurs !

 

Le projet Copernicus est le plus ambitieux programme d’observation de la Terre mis en place à ce jour. Lancée en 2001 sous le nom de Global Monitoring for Environment and Security (GMES) par la Commission européenne et l’Agence spatiale européenne (ESA), cette initiative a pour mission stratégique de doter l’Europe d’une capacité autonome d’observation et de surveillance de la Terre dans le but de promouvoir le développement de services opérationnels d’accès aux données spatiales. Sept des trente satellites « Sentinels » prévus au total ont déjà été conçus et mis en orbite  pour répondre aux besoins opérationnels du programme.

De nouvelles données à exploiter

L’ensemble des données recueillies permettra par exemple de suivre l’évolution de l’occupation des sols, de caractériser les variables bio-géophysiques sur les terres émergées, de prévoir l’état des océans, d’apporter une aide à la gestion de crise sur des zones affectées par des catastrophes naturelles ou industrielles, de suivre la composition chimique et la qualité de l’air, de réanalyser des variables climatiques essentielles et de développer des outils pour la mise en place de services climatiques.

Quant aux problématiques liées à la sécurité, Copernicus permettra notamment de contribuer au respect des traités internationaux, d’appuyer les opérations de maintien de la paix, ou même d’apporter une aide à la surveillance des frontières européennes.

Toutes les données ainsi collectées représentent un gisement considérable de nouveaux usages. Venues du ciel, celles-ci représentent autant de nouvelles opportunités de développement pour les entreprises européennes et seront prochainement mises à la disposition des utilisateurs et développeurs via une plateforme numérique open data, développée par notre partenaire SERCO Italie. Dans le cadre de Copernicus, c’est le projet spécifique Data and Information Access Services (DIAS) qui y est intégralement dédié. À terme, la création d’un écosystème réunissant startups et éditeurs de logiciels pour valoriser ces images est attendue.

Avec un taux de croissance annuel moyen de 15 % par an selon PCW, le secteur des services liés à l’observation de la terre est un marché très prometteur. Des secteurs industriels majeurs sont des clients potentiels : les transports, l’agriculture, l’énergie, l’urbanisme…

 

10 Po de données par an seront hébergés par OVH

OVH et ses partenaires SERCO, GAEL System et Synergise figurent parmi les quatre consortiums industriels sélectionnés par l’ESA pour mettre à disposition ces données via un cloud public. OVH assurera la partie infrastructure cloud, et SERCO, à travers sa société Italienne (SERCO Italia S.p.A.) spécialisée dans la prestation de services, fournira des experts et ingénieurs de haut niveau dans différents domaines de compétences.

D’un point de vue technique, le principal défi du projet est de fournir une infrastructure capable d’accueillir et manipuler un volume immense de données et rendre les données disponibles gratuitement à tout utilisateur, car Copernicus est d’une envergure pharaonique. Plus de 10 Po/an de données non structurées seront générées : des imageries géographiques, thermiques, des fichiers de nature diverse.

En plus des enjeux liés à la volumétrie des données à stocker, d’autres critères tels que la scalabilité ont été décisifs, l’arrivée de nouveaux satellites, plus performants et l’intégration de données de tiers, ne faisant en effet qu’accroître les volumes à stocker. La confidentialité des données (hébergées hors du Patriot Act/Freedom Act) et la volonté d’utiliser une solution non propriétaire ont été également déterminantes dans le choix d’OVH.

Pour Yoann Lamoureux, Solution Architect en charge du projet chez OVH, « le framework  OpenStack  sur lequel est basé Public Cloud est devenu une référence pour le développement de projets de très grande échelle. OVH, qui a opté pour Openstack dès 2012, pour bâtir son offre, a acquis une belle expertise en la matière. Cette solution est également sans limite de taille et, grâce à une triple réplication des données, elle permet de garantir leur durabilité. Enfin côté client utilisateur, la solution étant standard, celui-ci ne s’enferme pas dans une technologie ; il peut piloter ses déploiements au travers d’API, ce dont raffolent les développeurs. ». De son côté, Guido Vingione, directeur du projet Copernicus Services chez SERCO, explique  : « Nous sommes très fiers de travailler avec OVH sur cette initiative révolutionnaire. Les données d’observation de la Terre recueillies grâce au programme Copernicus sont incroyablement riches et la gamme potentielle d’utilisation est énorme. Faciliter l’accès libre aux données est un projet passionnant et nous sommes très impatients de voir quels produits et services innovants seront développés. »

L’accès public aux données spatiales marque une nouvelle étape de Copernicus. La communauté des développeurs peut se tenir prête car d’ici la fin du mois de juin, elle aura de nouveaux territoires à explorer.