AVIS D’EXPERT : Le SEO à l’heure des objets connectés

Temps de lecture estimé : 6 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 4 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Le mobile est partout : dans toutes les discussions et dans toutes les recommandations. Cette tendance de fond ne serait-elle pas déjà en train de se faire surplomber par l’ombre de la prochaine grande révolution ? Retour sur le SEO Camp’us Paris 2015, entre avis des intervenants et réflexions sur l’avenir du SEO.

Rémi Bacha, SEO Manager chez OVH, lors de sa conférence au SEO Camp'us « SEO côté serveur »

Mobile : l’état d’urgence est décrété

Si l’on parle du 21 avril (1) comme d’un véritable effet d’annonce, les experts SEO s’accordent malgré tout sur un point : « Etre mobile friendly est une urgence en 2015 ». Ces mots de Philippe Yonnet, le fondateur de l’association SEO Camp ont d’ailleurs été appuyés par le célèbre consultant SEO Laurent Bourelly lors de la table ronde qui a précédé le keynote d’ouverture : « Avoir un site compatible mobile est ma principale préconisation ». Vraie tendance de fond, on parle d’ailleurs de l’importance d’avoir un site mobile friendly pour l’expérience utilisateur depuis plusieurs années. Ce n’est que depuis quelques mois que son impact dans l’algorithme de classement des résultats sur Google a été officiellement confirmé.

Au-delà des sites Internet mobiles, gardons à l’esprit que le mobile permet déjà de configurer des objets (les bracelets connectés par exemple), qu’il sert de base à d’autres (la montre connectée), voire même de télécommande (les drones). Il apparaît donc aujourd’hui comme le véritable socle de l’Internet des objets. Le mobile est bien plus qu’une tendance, pour Sylvain Peyronnet, responsable d’un laboratoire privé de R&D en algorithmique c’est « une inquiétude pour le futur du Search ». Pour autant, la recherche par mots-clés est-elle amenée à disparaître avec l’arrivée des objets connectés ? À long terme, on peut tout à fait l’imaginer mais pour le moment l’heure est à l’adoption des nouveaux appareils et des nouveaux usages tels que la recherche conversationnelle ou l’assistance personnelle intelligente dont Google Now est une illustration complète.

Hasni Khabeb président du SEO Camp, Rémi Bacha et Priscillien Meideck membre du SEO Camp – Copyright DR

Depuis plusieurs années, nous adaptons nos contenus à la recherche par mots-clés. L’exercice est aujourd’hui totalement différent avec la recherche sémantique et la volonté affichée par les moteurs de recherche d’apporter des réponses (Knowledge Graph, Direct Answer Boxes, recherche conversationnelle, etc.), surtout depuis que « l’intention » de l’internaute est prise en compte dans l’algorithme de Google. « Peut-on encore parler de SEO avec les objets connectés ? », Philippe Yonnet se pose la question. Nous devons dès aujourd’hui nous interroger sur les façons dont nos marques vont pouvoir entrer dans les moteurs de réponses, les assistants personnels, et plus globalement dans les objets connectés.

Du SEO au COO ?

Connected Object Optimization, c’est peut-être l’appellation que nous utiliserons d’ici peu pour parler de la réinvention du métier de référenceur. L’accès à l’information est à portée de main grâce aux smartphones et cela sera encore plus vrai avec l’avènement des objets connectés. Comment s’adapter au mieux à ces nouveaux usages de recherche ? Voici quelques pistes de réflexion, tirées d’échanges avec des experts du Search et des conférences vues au SEO Camp’us Paris.

1. L’importance des micro-données pour la recherche vocale

Dans leur quête de fournir des réponses toujours plus pertinentes et plus personnalisées, les moteurs de recherche ont besoin de mieux « comprendre » nos contenus. Il y a quelques années, Google, Yahoo, Bing et Yandex se sont entendus sur un type de balisage sémantique leur permettant d’obtenir davantage d’informations supplémentaires autour d’un même contenu : le Schema.org.

On sait aujourd’hui que les micro-données du Schema.org contribuent à améliorer la visibilité des résultats dans les moteurs de recherche (les Rich Snippets) et qu’elles permettent même de faire entrer nos pages dans le Knowledge Graph. Au-delà de la visibilité dans les résultats traditionnels, les micro-données apparaissent aujourd’hui comme le sésame de la recherche conversationnelle.
La taille de nos requêtes s’allonge au fil des années. Elles sont passées des suites de mots-clés à de véritables phrases et cela est particulièrement vrai sur le mobile, surtout en recherche vocale. Avec sa mise à jour Humming Bird, Google comprend désormais beaucoup mieux ces requêtes en langage naturel. Pour fournir la réponse la plus pertinente à la requête « quelle est la pizzeria la plus proche ? », Google a besoin de parcourir les pages à la recherche de signaux et c’est là que le Schema.org entre en jeu. Il permet par exemple tout le balisage nécessaire à un lieu : latitude, longitude, adresse postale, notes des clients, numéro de téléphone, etc.

Erlé Alberton faisait lors de sa conférence au SEO Camp’us une considération allant au-delà du SEO : « Faire entrer sa marque dans les knowledge graph ou encore dans l’assistant personnel Google est un vrai plus pour la fidélisation. Imaginez par exemple ce qu’avoir une Card sur Google Now peut apporter à la relation client. »

2. La vitesse, encore plus importante sur mobile ?
Les sites dont l’ergonomie et le design sont adaptés au mobile, sont aujourd’hui valorisés dans les résultats de recherche. La vitesse doit également être considérée comme un élément primordial en situation de mobilité. Rappelez-vous, la dernière fois que vous êtes tombé sur une page lente, combien de temps avez-vous attendu avant de la quitter ? Le temps de chargement est la première impression que donne une page web. Gagner une seconde peut s’avérer très puissant pour le taux de conversion et l’indexation des pages dans les moteurs de recherche.

En situation de mobilité (aujourd’hui avec un smartphone, demain tout autre objet connecté doté d’un navigateur), de nombreux facteurs interviennent dans le temps de chargement des pages ressenti par l’utilisateur. La connexion Internet peut influencer le chargement c’est pourquoi nous devons mettre toutes les chances de notre côté en optimisant les éléments sur lesquels nous avons la main : réduire la distance entre les utilisateurs et les contenus grâce à un CDN, activer le cache navigateur dans le .htaccess, utiliser la compression, passer au HTTP/2, etc.

3. D’autres pistes ?
« Il faudra aussi maîtriser la recherche géolocalisée et le SEO local » : c’est l’avis de Matthieu Tournade, connu pour ses podcasts SEO, qui voit dans les objets connectés de nouvelles opportunités de ciblage pour les campagnes de digital marketing.

L’Internet des objets amène son lot de bouleversements et nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Au-delà de l’adaptation aux changements d’algorithmes, il est maintenant primordial d’ajouter à sa veille le secteur de l’Internet des objets.

(1)Google a annoncé que son prochain grand changement d’algorithme aurait lieu le 21 avril 2015. Il s’agit d’une mise à jour visant à favoriser les sites compatibles et les applications dans les résultats mobiles.

En complément

Le SEO Camp’us, la grande messe française du SEO se tenait à l’Usine de Paris les 19 et 20 mars 2015. À cette occasion, Rémi Bacha donnait une conférence intitulée « SEO côté serveur, par où commencer ? ». L’auteur tient à remercier Sylvain Peronnet, Philippe Yonet, Erlé Alberton, Matthieu Tournade, Matthieu Chartier, Nicolas Gallet, Priscillien Meideck et David Looses pour leurs réflexions très inspirantes.

Assistez aux prochaines conférences de Rémi Bacha lors des OVH World Tour et n’hésitez pas à réagir sur les comptes Twitter @OVH_fr et @Remibacha .