L’OVH Summit 2014 heure par heure

Temps de lecture estimé : 13 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 4 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Mardi 7 octobre, OVH organisait aux Docks de Paris la seconde édition de l’OVH Summit. Plus de 2 000 personnes ont assisté au keynote de la matinée, avant de se disperser au sein de plus de 50 conférences et labs proposés l’après-midi. Récit de la journée depuis les coulisses de l’événement.

Le keynote matinal du Summit 2014 a fait salle comble. Octave Klaba, fondateur et directeur général d'OVH, a fait une trentaine d'annonces durant la matinée. Il a dévoilé les nouveautés à court terme ainsi que les projets pour l'année 2015.

6 h 30

Invité par Stéphane Soumier sur BFM TV, Octave Klaba, fondateur et directeur général d’OVH.com traverse Paris pour rejoindre les studios de la chaîne d’information. La nuit a été courte, la répétition du keynote ayant occupé une bonne partie de la soirée. « En créant OVH, impossible d’imaginer que cela me conduirait quinze années plus tard à monter sur scène devant autant de monde. Honnêtement, ce n’est pas l’exercice que je préfère. Mais cette année, plus encore que l’an dernier, j’ai envie d’y aller, de mettre en lumière le travail des équipes », a confié le fondateur d’OVH dans le car qui transportait les speakers de Roubaix jusqu’au nord de Paris.

7 h 45

La centaine de collaborateurs d’OVH mobilisée pour l’événement arrive au Docks de Paris, tandis qu’Octave Klaba évoque la folle croissance du 1er hébergeur européen au micro du journaliste de BFM. Le village des exposants et les différentes salles des Docks ont été préparés la veille et jusque tard dans la nuit. Chacun s’installe à son poste, impatient d’accueillir les premiers visiteurs. En disposant les brochures sur les tables, on médite sur l’ampleur des installations, dont la durée de vie n’excédera pas la journée. On songe à l’énergie dépensée depuis des semaines dans la préparation de l’événement. « Auparavant, explique Héloïse Kaddour, en charge de la communication d’OVH France, OVH participait à une multitude de salons IT chaque année. Autant d’occasions de se faire connaître et de nouer de nouveaux contacts. Mais notre stratégie a évolué. La taille importante de la communauté fédérée par OVH a rendu possible l’organisation d’un événement de grande ampleur, entièrement dédié à nos solutions et innovations, un moment privilégié de rencontre avec nos clients. La démarche, initiée avec le Summit 2013, s’est poursuivie durant l’année avec les OVH World Tour. La mécanique est aujourd’hui parfaitement huilée : nous parvenons à organiser ces rendez-vous d’une manière régulière, sans perturber le fonctionnement de la société. » Dans la partie du bâtiment privatisée pour le staff, les équipes d’astreinte s’attablent devant leurs écrans. Toute la journée, ils monitoreront à distance, et en lien avec les équipes restées à Roubaix, les différents services mis en lumière durant le keynote, de la nouvelle home page du site ovh.com (alliant responsive design et adaptive content) au nouvel espace client (manager v6).

9 h 30

Les portes du Dock Pullman s’ouvrent au public. Alexandre Morel, VP Marketing & Sales, qui assurera la première partie du keynote, enfile le dernier t-shirt édité par OVH arborant le logo historique de la société. « Dans quelques heures, il sera devenu collector », lance Alexandre en laçant ses baskets, méticuleusement choisies comme pour chacune de ses interventions.

9 h 45

Les premières discussions entre utilisateurs et conseillers s’engagent sur le stand central tenu par les équipes d’OVH. Des clients mettent un visage sur la personne qu’ils ont eue plusieurs fois au bout du fil. Des visiteurs curieux s’invitent sur les stands périphériques des 18 partenaires exposants du Summit. La fontaine à chocolat installée par VMware rencontre un succès comparable à celui de ses solutions de virtualisation. On s’insère dans la file d’attente pour chausser les lunettes à immersion apportées par AMD. On interroge Samsung et Kingston sur les dernières innovations dans l’univers de la mémoire. On salue des têtes connues chez Intel et Microsoft, ces deux géants de l’industrie IT. On s’amuse avec le iRobot conçu par Cisco, qui permet d’être en visioconférence avec un interlocuteur tout en déambulant dans les allées du salon. L’expérience de l’an passé a incité les organisateurs à décaler à 10 h 30 le début du keynote, pour laisser aux participants, venus des quatre coins de la France – et même d’Europe – le temps d’arriver. La salle réquisitionnée pour la conférence de presse prévue à 12h30 est dressée. Les principaux médias IT sont attendus. En 2013, l’OVH Summit avait donné lieu à près de 200 articles.

10 h 30

La salle est comble. Les retardataires resteront debout, de chaque côté des gradins. Les participants explorent le contenu du sac qu’ils ont trouvé sur leur fauteuil, serrent des mains, aperçoivent des connaissances et échangent quelques mots avec elles en attendant que les lumières s’éteignent. La communauté OVH, dans ces moments-là, n’a plus rien de virtuel. Sur les 2 000 personnes présentes, près de 80 % sont des clients d’OVH. La moitié d’entre eux ont assisté à la première édition de l’OVH Summit en 2013. S’ils sont revenus, c’est que la formule les a convaincus. Il s’agit maintenant de ne pas les décevoir. Alexandre aura tout à l’heure quelques mots à leur attention : « Faire deux fois le même événement était impensable pour OVH. En 2014, l’équipe a visé encore plus haut : plus d’annonces, des sessions plus accessibles aux non-techniciens et d’autres plus high level… »

10 h 45

La salle est plongée dans l’obscurité. Le keynote débute par une vidéo dans laquelle des clients de plusieurs nationalités expriment leur satisfaction vis-à-vis d’OVH. Alexandre entre en scène. Il explique combien la période que traverse le secteur IT en ce moment, et OVH en particulier, est similaire à la Renaissance. Aujourd’hui comme au XVIe siècle, un formidable bouillonnement d’idées est à l’œuvre, engendré par un mélange sans précédent des disciplines, une diffusion rapide des savoirs. Interconnectées, les technologies aujourd’hui disponibles s’allient pour démultiplier nos capacités d’innovation. Le stéthoscope, qui allait tranquillement fêter ses 200 ans – sans avoir connu la moindre innovation – retrouve une nouvelle jeunesse en devenant un objet connecté. Le Big Data, en permettant de cartographier précisément les saveurs, révolutionne la cuisine. Alexandre invite les participants à passer du mode réactif au mode créatif. La salle applaudit vivement quand Alexandre précise que l’innovation chez OVH est made in France. Ou lorsqu’il annonce l’extension du programme incubateur à toute la France.

Sophie Lavergne, responsable des publications et des relations presse chez OVH, reçoit trois clients prestigieux sur scène : Nexity, CGI et Amadeus.

11 h 55

OVH, décrit par Alexandre comme une banque en ligne de services informatiques, communique peu sur ses clients. Ils sont pourtant nombreux (700 000 dans le monde) et parmi eux figurent des noms prestigieux. Trois clients d’OVH entrent justement en scène. Igal Cabalo, directeur des opérations chez Nexity, Laurent Allard, CTO de CGI, et Emmanuel Bastien d’Amadeus témoignent de la confiance que leur entreprise accorde à OVH.com pour l’hébergement d’applications critiques de grande envergure.
Dans la salle, on tente de prendre des photos des slides qui défilent, mais la luminosité de l’écran rend l’opération un peu compliquée. Le public tweete beaucoup. Avec plus de 1 500 tweets postés dans la matinée, le hashtag #OVHSummit se hisse jusqu’à la troisième place des tendances françaises sur Twitter. Cela donne une idée de l’importance de l’événement, à ceux qui y assistent comme à ceux qui n’ont pas pu s’y rendre.

12 h 10

C’est sur les notes de Money de Pink Floyd, jouées à la basse, qu’Octave apparaît sur scène. Une chanson qui a le même âge que lui, « et qui cartonne toujours », glisse-t-il innocemment. L’an dernier, Octave avait débuté sa présentation en interprétant Whole Lotta Love de Led Zeppelin à la guitare. « J’aurais aimé être une rock star ; j’ai fait d’autres choix. Jouer un morceau avant de monter sur scène, c’est une manière de briser la glace. » Pendant près d’une heure, le fondateur d’OVH enchaîne les annonces – près d’une trentaine – avec un enthousiasme communicatif. Pour mettre en production le nouvel espace client (manager v6), qui constitue la dernière promesse non tenue du Summit 2013, Octave sollicite l’aide d’une personne de l’assistance. Le volontaire, avant d’appuyer sur le bouton rouge, unique accessoire du keynote cette année, tient à exprimer sa solidarité avec les développeurs : « Il y a toujours des imprévus : un projet de développement on sait quand ça commence, mais jamais quand ça se termine. » La régie, qui ne s’attendait pas à cette courte déclaration, a déclenché par anticipation les effets sonore et lumineux qui devaient accompagner la mise en production du nouvel espace client. Au moins, tout le monde a pu constater que le volontaire n’était pas de mèche avec l’organisation !
Un peu avant 13h, la nouvelle signature « Innovation is Freedom » ainsi que le nouveau logo de l’hébergeur sont dévoilés, sous une pluie de confettis. Les collaborateurs d’OVH présents dans la salle se sont discrètement rendus en coulisses pour se changer et réapparaître vêtus de la nouvelle identité graphique. À Roubaix, au siège de l’hébergeur, les équipes web remplacent l’ancien logo par le nouveau sur l’ensemble des interfaces du groupe OVH (près de 100 sites concernés). Un travail de fourmi, préparé depuis plusieurs semaines. Dans la salle, certains cherchent en vain sur leur smartphone le nom de l’agence à l’origine de la refonte du logo. OVH a intégré sa propre agence de communication, et c’est cette équipe située à Roubaix à qui l’on doit le renouveau graphique d’OVH.

13 h 05

Le keynote a été plus long que prévu. La pause déjeuner est rapide, car on annonce déjà l’ouverture des premiers ateliers dans les étages. Au sein du dock Haussmann, on croise de grands noms du secteur IT, clients d’OVH pour la plupart. Les chiffres qui s’échappent des conversations, chiffres d’affaires, montant des levées de fonds de certaines startup, etc., prouvent, s’il en étant besoin, que le numérique est un poids lourd de l’économie.

13 h 30

Les Labs font le plein. Avec 40 participants x 11 Labs, la journée aura permis de former plus de 400 personnes sur le déploiement de solutions de téléphonie, la prise en main d’ Exchange 2013 , le Dedicated Cloud et la haute disponibilité, les VPS , l’ API OVH et RunAbove . Chaque session donne lieu à des questions intéressantes, des remarques sont griffonnées dans les cahiers des intervenants, qui rentreront à Roubaix plein d’idées neuves : fonctionnalités à développer, ergonomie de l’interface à optimiser ou encore manière de communiquer sur telle ou telle technologie à améliorer.

Les 11 Labs organisés par OVH durant le Summit ont permis de former plus de 400 participants.

14 h 30

Dans les ateliers, on ressent un grand intérêt pour les thématiques abordées, de la maîtrise des pics de charge au passage du serveur dédié vers le Cloud, en passant par l’anti-DDoS, la scalabilité des applications ou les programmes partenaires… Souvent, les séances de questions débordent le temps imparti et se prolongent dans le couloir. Le Cloud est au centre de beaucoup de discussions. Ici pour regretter de ne pas encore avoir sauté le pas plus tôt, étant donné la maturité de la technologie. Là pour confier à Mehdi Bekkai, chef de produit serveurs dédiés, qu’on a encore quelques appréhensions.
Sur la scène principale, la table ronde « Créativité et innovation » a laissé place à trois conférences « Renaissances et innovations » dont le contenu est inspiré de celui des conférences TEDx – Damien Selosse, organisateur des TEDxLille, est d’ailleurs sur scène pour parler e-marketing. Les auditeurs en ressortent un peu bousculés – c’était le but recherché –, mais aussi et surtout la tête pleine de projets. « Ce qu’il faut, entend-on, c’est arriver à repenser demain à ce que l’on vient d’entendre, quand on aura mille autre chose à faire. » Pendant près de deux heures, on a parlé méthodes, processus capables de créer les conditions de l’innovation. On s’est réjoui de compter chez OVH des personnes avec une vision si large de leur métier.

15 h 30

La conférence d’Octave Klaba sur les défis et technologies des réseaux OVH attire la foule. Certains décrochent rapidement, ils s’échappent discrètement. Ceux qui restent ont les yeux qui brillent. Comme l’a souligné Cisco pendant le keynote matinal, le réseau déployé par OVH à travers le monde est l’un des plus importants backbones jamais créés : près de 300 000 ports, 1 Tbps de trafic poussé vers Internet, 3 Tbps de capacité totale. Le réseau constitue toujours la passion d’Octave ; le monde compte peu d’experts de son niveau. C’est un sujet aussi complexe que fascinant. À la fin de la conférence, un aréopage d’admirateurs se forme pour accueillir Octave, lui poser encore une question, capturer un selfie en sa compagnie ou recueillir un autographe sur son badge. Finalement, dans son domaine, Octave est aussi une rock star. Le soir, dans le bus du retour, il se désolera de n’avoir pas pu contenter tout le monde, faute de temps.

16 h 30

Il n’est pas rare chez OVH qu’une innovation trouve son origine dans des projets ingénieux que leurs concepteurs partagent avec les équipes de l’hébergeur, pour solliciter un conseil ou faire entendre un besoin spécifique. « La plupart de nos clients sont très créatifs, assure Alexandre qui est remonté sur scène, accompagné de trois collaborateurs d’OVH très impliqués dans la R&D. Nous avons voulu récompenser les clients qui utilisent nos solutions, nos briques technologiques, d’une manière particulièrement innovante. » Les trois sociétés lauréates (Mailden, SySadmin BADASS et l’EURL Barme) se succèdent pour détailler la nature des projets victorieux, respectivement une solution de messagerie sécurisée, l’infrastructure scalable du site SoFoot.com et le PRA de l’ERP d’un important cabinet d’expertise comptable, mis en place entre Roubaix et Strasbourg à l’aide du vRack. On retiendra la réponse de Laurent Barme, à qui l’on demande naturellement si le PRA a déjà été déclenché : « Non ! Mais, en informatique, il n’y a que les problèmes que l’on prévient qui n’arrivent pas. » Nos clients sont des sages.

18 h 00

Les portes des Docks se referment. Le staff se rassemble pour fêter la fin de l’événement. Octave s’empare du micro pour remercier ses équipes. À sa façon : « On a tout déchiré ! » Ce qu’on peut traduire par « L’événement a été une réussite, j’ai pris beaucoup de plaisir, nos clients également et j’espère que vous aussi ». Le fondateur tweete une photo du staff en donnant déjà rendez-vous l’année prochaine. Il consulte ses mails et envoie un message à Roubaix pour remercier ceux qui ont « gardé la boutique » pendant que nous étions à Paris.

20 h 30

Les équipes se répartissent dans deux autocars pour regagner Roubaix dans une ambiance joyeuse. On débriefe la journée, on plaisante, on évoque les projets des mois à venir. Événement majeur pour l’externe, le Summit est également un moment privilégié pour renforcer les liens entre les collaborateurs d’OVH.com, faire plus ample connaissance avec les collègues venus des filiales pour assister à ce rendez-vous et s’en inspirer pour l’organisation des OVH World Tour de leur pays. « On parle du Summit jusqu’en Chine, et on vient de recevoir deux demandes d’interview de médias IT américains », s’enthousiasme quelqu’un au fond de l’autocar. À quand un OVH Summit hors du continent européen ?

Revivez le Summit en images

Le Replay est en ligne : découvrez les conférences que vous avez manquées et consultez une sélection de photos de l’événement.

Copywriter at OVH.