OVH double la capacité électrique de ses infrastructures

Temps de lecture estimé : 2 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 4 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Face à l’explosion du cloud computing, du Big Data, des objets connectés, et à la nécessité de proposer des serveurs de plus en plus puissants et performants, OVH multiplie par deux la capacité électrique de ses infrastructures à Roubaix. Un chantier d’envergure par deux aspects : la puissance électrique apportée et la nature des travaux entrepris, puisque les nouvelles lignes à haute tension passent sous le canal de Roubaix, via un forage dirigé. Un chantier indispensable également pour l’entreprise, dont l’énergie est la principale matière première.

OVH double la capacité de ses infrastructures

Après avoir annoncé la construction de l’OVH Campus qui verra le jour dès cet été sur un terrain attenant à la Roubaix Valley, OVH s’est lancé dans un chantier d’une ampleur peu commune. Le leader du Digital as a Service, dont le site roubaisien affiche actuellement une capacité électrique de 17 MW, l’augmentera de 20 MW, soit l’équivalent de l’énergie nécessaire à une ville de 25 000 habitants. « Avec 20 MW supplémentaires, nous pouvons multiplier nos infrastructures par deux à Roubaix », explique Lionel Deny, responsable d’exploitation des datacentres. « Nous serons en mesure d’accompagner notre croissance ainsi que celle de nos clients actuels et futurs. » De quoi envisager l’avenir sereinement.

Un tunnel est creusé sous le canal.

Pour ce nouveau raccordement, des fourreaux de câbles électriques partent d’un poste source ERDF situé à Wattrelos, et rejoignent la Roubaix Valley plus d’1,5 km plus loin, où un poste de livraison sera installé. Sur la majeure partie du trajet, les deux câbles d’une tension de 20 000 volts passent par des tranchées creusées dans la chaussée. Le principal défi de ce chantier consiste à traverser le canal de Roubaix qui sépare le poste de Wattrelos de celui d’OVH, en limitant les risques et sans perturber l’environnement.

Une technique spectaculaire

C’est là qu’intervient le forage dirigé, mené par ERDF et la société FTCS Forage : un tunnel de 200 mètres d’une quarantaine de centimètres de diamètre est creusé sous le canal, dans lequel passeront les fourreaux. D’un côté du canal la foreuse, dirigée par un opérateur. De l’autre, un camion extrait les boues de forage. Sur une barque un technicien muni d’une sonde vérifie le chemin tracé par la tête de forage sous le canal et communique ses informations à l’opérateur de la foreuse. « C’est l’un des chantiers les plus importants en cours dans la région », glisse Mathias Povse, Directeur régional d’ERDF, qui avait convié la presse locale pour l’occasion.

Les câbles électriques passeront dans ce fourreau.

Sur la foreuse, un opérateur dirige les têtes de forage sous le canal.

Un camion évacue les boues de forage.

Sans compter les études préalables, la réalisation des travaux durera deux mois et demi. À l’heure actuelle, les équipes d’ERDF s’occupent de creuser les tranchées sur les derniers mètres entre le bras d’eau et les bâtiments de la société, afin d’y faire passer les câbles électriques.

Ce chantier fait partie d’un vaste projet d’accroissement de la puissance électrique des infrastructures d’OVH, puisque les datacentres de Gravelines et Strasbourg verront eux aussi leur capacité augmenter respectivement de 50 MW et 20 MW d’ici fin 2016.

Les câbles passent également par des tranchées.

Des câbles électriques.