OVH devient « Infrastructure Donor » pour OpenStack

Temps de lecture estimé : 2 minute

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

OpenStack a récemment officialisé l’information : OVH contribue désormais au projet open source en tant que fournisseur de ressources cloud pour son système d’intégration continue. Un soutien qui renforce les liens entre la communauté OpenStack et OVH, qui opère la solution à grande échelle et compte parmi les membres de la Fondation du projet depuis 2014.

Le système d’intégration continue : un outil crucial pour OpenStack

OpenStack est actuellement l’un des plus importants projets open source, tant par le volume des contributions que par l’objectif poursuivi : offrir un ensemble d’outils pour déployer et exploiter des infrastructures Cloud. Chaque jour, des centaines de patches sont reversés à la communauté, par des développeurs originaires du monde entier. Des patches qu’il faut soumettre à plusieurs suites de tests, destinés à vérifier la syntaxe, l’intégration au code existant ou encore les performances. OpenStack a mis en place un système d’intégration continue (CI, pour Continuous Integration) qui automatise la compilation, puis les tests unitaires et fonctionnels, de manière à identifier au plus tôt les bugs et risques de régression. L’objectif : faire évoluer les différentes briques du projet aussi vite que possible. Cet outil, un système de « project gating » basé sur Zuul , est essentiel pour la communauté. Il est indispensable à la bonne collaboration de milliers de contributeurs, auxquels les patches sont soumis pour relecture et validation après qu’ils ont passé les tests avec succès.
L’efficacité de ce système de CI a tellement convaincu la communauté qu’elle en a étendu l’usage à toutes les composantes du projet : la documentation, la gouvernance technique et plus largement toutes les décisions importantes qui doivent être débattues.

Zuul Status (http://status.openstack.org/zuul/) permet de voir en temps réel les jobs lancés par le système d’intégration continue pour tester automatiquement les patches reversés à la communauté.

30 000 jobs par jour et des besoins en croissance constante

Au sein de la Fondation OpenStack, c’est l’équipe « Infrastructure » qui est en charge des outils mis à disposition de la communauté. Une grande partie du travail de cette équipe, vous l’aurez compris, est liée au système CI. Ainsi que l’explique James Blair dans un post sur le blog OpenStack, les besoins sont exponentiels. 30 000 jobs sont lancés chaque jour, et trois fournisseurs de ressources cloud sont mis à contribution pour réaliser cette masse de calculs – parmi lesquels figure désormais OVH Group .

OpenStack over OpenStack

Les équipes d’OVH Group travaillent depuis plusieurs semaines en collaboration avec l’équipe « Infrastructure » et le Board technique de la Fondation pour étendre les capacités de calcul au sein des datacentres OVH. Les jobs déportés chez OVH sont effectués sur des instances Public Cloud, lesquelles s’appuient sur une plateforme OpenStack. Le futur code d’OpenStack est donc testé… sur des instances OpenStack !
Pour chaque job, une nouvelle instance Public Cloud est créée. Celle-ci récupère le job, puis l’exécute. Une fois le job terminé, le résultat est remonté au gestionnaire de patches, et l’instance est détruite. Cette utilisation constitue un véritable cas d’école pour le Public Cloud, précisément conçu pour répondre à de fortes sollicitations en mode « à la demande ».

Copywriter at OVH.