Monptivoisinage.com : « Le partage et la solidarité sont des aspects essentiels – mais souvent oubliés ! – du concept de Smart City »

Temps de lecture estimé : 4 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Demain, la ville sera intelligente. Gestion de la mobilité, de l’énergie, des déchets, des bâtiments… : dans un futur plus ou moins proche, les nouvelles technologies seront massivement exploitées pour améliorer la qualité des « services » offerts par les villes tout en réduisant les coûts, énergétiques en particulier. Ce concept de Smart City, dont les contours se précisent au fil des expérimentations menées à travers le monde, ne tient souvent pas compte d’une dimension essentielle : l’humain. À l’heure où la consommation collaborative séduit de plus en plus, le projet de la startup Mon P’ti voisinage est de réintroduire les valeurs du partage et de la solidarité au sein des villes, via un réseau social de proximité.

Le réseau social développé par la startup Mon p'ti voisinage revendique près de 100 000 utilisateurs.

Berceau de la startup Mon p’ti voisinage , créée en février 2014, la métropole de Rennes se rêve en smart city depuis plusieurs années déjà. « De Rio de Janeiro à Barcelone, chaque ville a sa propre définition et développe son propre modèle, explique Norbert Friant, responsable du service Aménagement et usages du numérique à Rennes Métropole. À Rennes, on essaie aussi de créer les nôtres »*. En libérant les données (open data) de la ville et en incitant les citoyens à se les approprier pour inventer de nouveaux usages, au sein d’un réseau de Fablabs, la métropole bretonne dessine effectivement un modèle original, basé sur l’appropriation collective des technologies.

Agréger les services collaboratifs

Très complémentaire de cette démarche, le projet de Mon p’ti voisinage s’appuie sur les technologies web pour retisser du lien social au sein des villes et promouvoir l’adoption de modes de consommation plus responsables, ceci en mettant en relation des habitants à l’échelle de leur quartier. Imaginez une plateforme qui présente l’aspect ludique et pratique de Facebook (organisation d’événements, discussion instantanée et groupes par centres d’intérêt), et agrège les meilleurs services collaboratifs en ligne, de OuiStock à Drivy (location de voiture entre particuliers). Ajoutez une couche de sécurité (cooptation entre voisins ou vérification de l’adresse postale des nouveaux inscrits), connectez à ce réseau social les commerçants du quartier, les services publics… et vous obtenez un service qui séduit déjà près de 100 000 utilisateurs en France.

Des utilisateurs impliqués dans la vie de leurs quartiers, qui réalisent des économies substantielles en covoiturant avec leurs voisins, en s’échangeant des outils ou services, ou encore en organisant des achats groupés. Mon p’ti voisinage, qui a mis en ligne une « calculette collaborative », estime que ces économies peuvent dépasser 500 € par mois pour une famille ! De quoi convaincre ceux qui doutent encore de l’impact réel de ces nouveaux modes de consommation.

Soutenue par la MAIF, qui croit beaucoup dans l’agrégation des services collaboratifs sur une même plateforme, la startup bretonne séduit également les promoteurs, tels que Bouygues Immobilier. « Aujourd’hui, quand un promoteur commercialise une habitation, il ne livre plus seulement un appartement ou une maison, mais un cadre de vie complet. Et un service tel que Mon p’ti voisinage est un élément essentiel de ce cadre de vie », relate Alexis Urien, CTO et associé de Mon p’ti voisinage. Grâce aux partenariats noués avec ce type d’acteurs, mais aussi avec les commerces locaux ou les services collaboratifs proposés sur le site, Mon p’ti voisinage peut offrir un accès gratuit et sans publicité à ses utilisateurs.

Alexis Urien, CTO de la startup Monptivoisinage.com a présenté l'infrastructure qu'il a déployée chez OVH, sur des instances Public Cloud, lors de l'OVH World Tour de Rennes le 10 mai 2016.
Alexis Urien, CTO de la startup Monptivoisinage.com a présenté l’infrastructure qu’il a déployée chez OVH, sur des instances Public Cloud, lors de l’OVH World Tour de Rennes le 10 mai 2016.

Une infrastructure entièrement basée sur le Public Cloud d’OVH.com

Hébergée par OVH depuis son lancement, l’application s’est d’abord appuyée sur des VPS . L’entrée de Mon P’ti voisinage au sein du Digital Launch Pad, le programme d’accompagnement des startups lancé par OVH en septembre 2015, a permis à la startup de bénéficier d’un accompagnement technique, ainsi que de crédits, pour optimiser son infrastructure. Celle-ci devant faire face à une importante croissance du nombre d’utilisateurs, ainsi qu’à d’importantes variations de charge durant la journée, ce sont aujourd’hui des instances Public Cloud qui hébergent le réseau social. Un choix qui convient bien à Alexis Urien : « Le Public Cloud répond à nos besoins de scalabilité et élasticité, avec de très bonnes performances et une grande simplicité d’utilisation. Gérer des serveurs n’est pas notre cœur de métier, et la valeur ajoutée de mon travail réside plutôt dans l’innovation sur notre plateforme web, directement au service de nos utilisateurs. Qui plus est, avec OVH nous avons l’assurance que les données de nos utilisateurs sont hébergées en France. » La confidentialité des données est en effet un sujet clé pour la startup, qui est en train d’implémenter les services d’Open Street Map pour s’affranchir du recours à Google Maps pour la géolocalisation des voisinages.

L'infrastructure de Mon P'ti voisinage devant faire face à une importante croissance du nombre d’utilisateurs, ainsi qu’à d’importantes variations de charge durant la journée, ce sont aujourd’hui des instances Public Cloud qui hébergent le réseau social.
L’infrastructure de Mon P’ti voisinage devant faire face à une importante croissance du nombre d’utilisateurs, ainsi qu’à d’importantes variations de charge durant la journée, ce sont aujourd’hui des instances Public Cloud qui hébergent le réseau social.

*Source : Quand Rennes devient Smart , espace-sciences.org, octobre 2015.

Copywriter at OVH.