IoT : sa voiture lui dit MerXee

Temps de lecture estimé : 4 minute(s)

Inutiles, les objets connectés ? Renaud Zalmanski, directeur commercial chez OVH, n’a rien contre le concept de la voiture partagée, au contraire. Encore faut-il que le partage soit consenti…

Fin 2016, Renaud s’est fait dérober en banlieue parisienne un premier véhicule, qui n’a pas été retrouvé. 3 mois plus tard, sa nouvelle voiture a connu le même sort, mais a finalement été aperçue près de Roissy et a pu lui être restituée. Échaudé par ces vols en série, Renaud a décidé d’installer dans sa voiture un boîtier Xee. Et n’a pas eu à attendre très longtemps avant d’en éprouver l’utilité : fin février, c’est grâce à ce capteur embarqué qu’il a pu guider la police jusqu’aux voleurs, alors que ceux-ci avaient tenté, pour la troisième fois en quelques mois, de subtiliser son carrosse (une Peugeot de type familiale).

Parfois, on a juste envie de dire merci. Mais la startup lilloise Eliocity, qui commercialise le boîtier Xee, se trouve être hébergée dans le Cloud d’OVH et l’occasion était trop belle, à travers la mésaventure de Renaud, de donner un coup de projecteur à ce sympathique projet. Sorti en 2014, le système Xee permet de transformer quasiment n’importe quelle voiture de moins de 10 ans en voiture connectée, avec laquelle il devient possible de communiquer voire d’interagir grâce à son smartphone, via un ensemble d’applications mobiles. Et ce, pour un prix très raisonnable (139,90 € le boîtier).

Discuter avec sa voiture

Équipé de capteurs, GPS et accéléromètre, le boîtier se branche à la prise diagnostique du véhicule et se dissimule dans l’habitacle, d’où il peut lancer l’alerte en cas de mouvement ou de choc violent, grâce à une connexion au réseau mobile. Mais ce n’est pas tout : suivant les modèles et les constructeurs, Xee peut récupérer et transmettre tout un tas d’informations concernant l’état du véhicule (les portières sont-elles verrouillées, les phares éteints ? Quel est le niveau de carburant ?) ou les habitudes du conducteur. Grâce à une plateforme ouverte et un kit de développement, Xee encourage la communauté à concevoir des applications complémentaires et à imaginer de nouveaux usages. Une opportunité qu’a d’ailleurs saisie Benjamin Coenen, développeur au sein du département UX chez OVH, qui s’est amusé à coder un bot permettant de discuter avec sa voiture via Facebook Messenger, Slack ou encore par la voix. Il peut ainsi demander à sa Polo où elle est garée, ou encore si elle pense avoir encore assez de carburant pour le conduire au travail le lendemain… Surprenant (1) !

L’application Talk to my car, développé par Benjamin Coenen, développeur au sein de l’équipe UX chez OVH

MerXee pour ce moment

Concernant Renaud, c’est par une notification sur son smartphone qu’il fut averti que son véhicule était en mouvement le 27 février au soir, à 22 h 31 précises. Ne se trouvant pas à l’intérieur, il en a vite déduit qu’à nouveau quelqu’un avait décidé de s’emparer de sa voiture. Il a alors contacté la police, et a guidé les forces de l’ordre par téléphone à travers la banlieue parisienne, jusqu’à ce qu’ils puissent cueillir les voleurs à l’instant où ceux-ci se sont garés, 28 kilomètres et 23 minutes plus tard. Xee avait réussi le petit miracle d’éviter une dangereuse course-poursuite, avec un résultat tout à fait probant puisque Renaud retrouvait sa Peugeot le surlendemain, sans qu’elle n’ait été détériorée.

C’est par une notification sur son smartphone que Renaud fut averti que son véhicule était en mouvement à le 27 février au soir, à 22 h 31 précises.
23 minutes, c’est le temps qu’aura duré le vol de la voiture, retrouvée à 28 kilomètres de là où elle était stationnée, grâce au boîtier Xee.


Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que l’immense majorité des vols ont pour cause l’électronique  faillible embarquée dans les voitures par les constructeurs (2)… Lesquels, au lieu d’organiser régulièrement des portes ouvertes au sein de leurs concessions, devraient peut-être au contraire s’y enfermer avec leurs ingénieurs pour sécuriser un peu mieux l’accès aux systèmes électroniques de leurs modèles, aujourd’hui trop facilement piratables. En attendant, le boîtier Xee a encore de beaux jours devant lui. Et symbolise la désormais célèbre histoire de la startup qui, en quelques mois et avec des effectifs dérisoires, innove plus vite que les acteurs installés du secteur… Car si ce type de système existe sur les véhicules haut de gamme, il est encore loin d’être généralisé alors que les technologies nécessaires se sont largement démocratisées.


(1) L’application de Benjamin, Talk to my car, a d’ailleurs attiré l’attention du Journal de 20h de La Une et de la RTBF (chaînes de télévision belges) ou encore de La Nouvelle Gazette de Charleroi 🙂 Elle a aussi fait l’objet d’une présentation par The Bot Studio .

(2) En France, 300 voitures sont volées chaque jour, par Pierre Barbin dans LeFigaro.fr, le 29/10/2015.

Copywriter at OVH.