Une initiation au code proposée aux enfants, conjoints et parents des employés d’OVH

Temps de lecture estimé : 7 minutes

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Pour relever le défi de lancer 1 innovation par semaine depuis les premiers mois de l’année 2015, OVH recrute à tour de bras au sein de ses différents bureaux en France et dans le monde. Et veut susciter des vocations parmi les proches de ses 900 salariés, quel que soit leur âge.

Zoé, 2 ans et demi, travaille depuis quelques semaines sur l’application de gestion des congés payés des puéricultrices, en PHP/MySQL, qu’elle a prévu de livrer début juin.
Zoé, 2 ans et demi, travaille depuis quelques semaines sur l’application de gestion des congés payés des puéricultrices, en PHP/MySQL, qu’elle a prévu de livrer début juin.

« Certains voulaient repérer les troubles du comportement dès l’âge de 3 ans. Ici, c’est l’inverse, nous détectons précocement les talents », explique Valérie, la directrice de la crèche d’entreprise située à Roubaix (France) non loin du siège social. Deux fois par jour, les enfants des salariés – âgés de 3 mois à 3 ans – bénéficient de cours de code adaptés à leur niveau, dispensés par un transfuge de l’ISEN, prestigieuse école d’ingénieurs lilloise.
Et certains se montrent plutôt talentueux : Zoé, 2 ans et demi, travaille depuis quelques semaines sur l’application de gestion des congés payés des puéricultrices, en PHP/MySQL, qu’elle a prévu de livrer début juin, après le code review auxquels s’adonneront Martin et Antoine, 18 mois tous les deux. « Le code, c’est comme les langues étrangères : plus on commence tôt, plus c’est facile, confie leur professeur. À cet âge, le cerveau est une véritable éponge, que l’école n’a pas encore formaté. Les enfants manquent parfois de logique, mais leur intuition et leur grande imagination leur permettent de compenser. »

Seul bémol avec ces développeurs modèle réduit : le choix des langages de programmation s’effectue d’abord en fonction de leur attirance pour la mascotte qui en est l’effigie, plutôt que par rapport au cahier des charges du projet. « L’éléphant PhP séduit bien plus que la marmotte – un peu inquiétante, il faut le dire – choisie pour être l’ambassadeur du Go », rapporte Valérie.
Antoine, DRH d’OVH, assiste une fois par mois à ces séances d’initiation, pour repérer les développeurs et sysadmins de demain : « Quatre enfants ont déjà reçu une promesse d’embauche, applicable dès leur majorité. À la manière des grands clubs de football, nous essayons de recruter au plus jeune âge, sur la base du potentiel que révèlent les microprojets confiés à ces développeurs en herbe. »

Quatre enfants ont déjà reçu une promesse d’embauche d’OVH, applicable dès leur majorité.
Quatre enfants ont déjà reçu une promesse d’embauche d’OVH, applicable dès leur majorité.

Effet inattendu de cette initiation précoce au développement informatique, la culture geek infuse désormais la crèche. La diversification alimentaire, que l’on débute d’ordinaire vers 5 mois en introduisant progressivement les légumes dans l’alimentation des bébés, a été adaptée : « Entre le 6e et le 12e mois de l’enfant, nous leur faisons goûter successivement pizza, cheeseburger, sushis. Mais attention, uniquement des aliments issus de l’agriculture biologique ! Puis nous essayons les sodas, qu’ils sont peu à refuser malgré les recommandations de l’OMS affichées près du distributeur de barres chocolatées. Grâce au café après le repas, nous sommes même parvenus à supprimer la sieste. » Ceux qui le souhaitent peuvent retourner à leurs projets, sur les Raspberry Pi mis à leur disposition. Les autres, dont les parents tiennent à ce qu’ils poursuivent des activités manuelles ou au grand air s’adonnent à la peinture de figurines Heroic Fantasy ou au pilotage de drone. Si Octave Klaba, fondateur d’OVH, et Laurent Allard, qui l’a rejoint en février en tant que CEO, sont très fiers de ces jeunes pousses, ils ont une tendresse toute particulière – étant eux-mêmes musiciens – pour le groupe que 4 enfants forment depuis le mois de janvier au sein de la crèche : les « Bare Metal ».
« Le plus étonnant, explique une puéricultrice, c’est que les enfants adoptent l’état d’esprit geek, et notamment ce que je pense pouvoir appeler l’humour geek. Hier, Pierre, 3 ans à peine, m’a demandé combien de bébés développeurs étaient nécessaires pour changer une ampoule… Puis il a éclaté de rire, en m’annonçant « Aucun, c’est un problème hardware ! » Des parents nous ont également rapporté que leur progéniture avait réussi à hacker leur babyphone, en s’y connectant en SSH. Je vous avoue que je ne sais pas si je dois en rire ou m’en inquiéter ! »

La démarche d’initiation précoce au code vise bien sûr à préparer l’avenir d’OVH, dont le développement rend crédible la projection annoncée de 2 000 salariés en 2017. Mais cette démarche s’inscrit dans une volonté plus générale de démocratiser les compétences numériques, dont l’absence est « une nouvelle forme d’illettrisme », comme l’a justement formulé Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique.
D’ailleurs, Octave réfléchit en parallèle à la création d’un MOOC et a prévu (sous réserve qu’il obtienne son BAFA) d’être l’un des animateurs d’une colonie de vacances organisée cet été sur le thème du développement informatique .

Le choix des langages de programmation par les enfants s’effectue d’abord en fonction de leur attirance pour la mascotte qui en est l’effigie.
Le choix des langages de programmation par les enfants s’effectue d’abord en fonction de leur attirance pour la mascotte qui en est l’effigie.

De l’Ephad à l’iPad : avec OVH, le troisième âge repasse le code

Former les plus jeunes est indispensable. Mais les besoins de l’hébergeur sont immédiats. Aussi, OVH a entrepris de convertir à la programmation informatique une autre frange de la population, délaissée par la plupart des entreprises du secteur IT : les retraités. Les salariés d’OVH ont été invités à convaincre leurs aïeux de retourner sur les bancs de l’école. « Bien sûr, il faudra un peu de temps pour rassurer les nouvelles recrues sur leurs compétences, et dégrossir le sujet, explique Adélaïde, directrice du Training Center d’OVH. Non, l’intervenant Python n’est pas un charmeur de serpents. Oui, le Bistro est un langage informatique, pas seulement un débit de boissons. Non, on ne dit pas yourSQL quand on parle de la base de données de quelqu’un d’autre. Effectivement, un répartiteur de charge ne fonctionne pas tout à fait comme une gaine ventre plat… La première semaine, nous sommes face à des gens tout à fait novices. Mais, rapidement, les réflexions deviennent très intéressantes. »

D’autre part, OVH a noué des partenariats avec les établissements pour l’hébergement de personnes âgées (Ephad) de plusieurs villes autour de ses implantations en France et en Europe. « Il y a dans les maisons de retraite des personnes tout à fait capables d’apprendre le code, et même d’entamer une seconde carrière », s’enthousiasme Octave. Ceux qui souffrent malheureusement de troubles de la mémoire travaillent en binôme (pair programming), chacun jouant à tour de rôle le pense-bête pour l’autre. « Moi je code, explique Michel, 74 ans, et Jacqueline vérifie par exemple que je n’oublie pas de fermer les balises. » Si Michel se forme actuellement au PPHP, Jacqueline lui a préféré l’Ajax, parce que « c’est plus propre. » Tous ont adopté les méthodes AGILE (et notamment le Scrum) pour gérer les projets réels confiés par OVH, tels que la refonte de son intranet. « Jamais, avec mes problèmes de hanche, je n’aurai cru pouvoir à nouveau participer à un Sprint ! », se réjouit Michel.
Le personnel des maisons de retraite, un peu sceptique au départ, est aujourd’hui unanime quant à l’enthousiasme que le projet a suscité chez les pensionnaires : « La découverte du code est une révélation pour certains. Ils ne sont pas rares à parler de créer leur startup. Ils perçoivent maintenant leurs insomnies comme autant d’opportunités pour créer, entreprendre, approfondir leurs connaissances. Et certains se laissent même pousser la barbe, comme les geeks. »

Avec l’aide des personnes âgées, OVH est bien parti pour conquérir le mon dentier.

Copywriter at OVH.