Gamping, le camping sauvage à domicile

Temps de lecture estimé : 6 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Depuis 2013, Gamping met en relation des milliers de propriétaires et des campeurs à la recherche de pelouses prêtes à accueillir leurs tentes. Cet Airbnb du camping trace désormais sa route à travers l’Europe.

Gamping, le camping sauvage à domicile

Un soir d’été, Joseph Leopold rentre de vacances sans les clés de la maison familiale. Personne n’est à l’intérieur et Joseph n’est pas du genre à casser une porte vitrée. Ni une ni deux, le vacancier plante la tente qu’il avait dans son sac entre le potager et la terrasse. « Contrairement à ce que j’avais imaginé, j’ai passé une superbe nuit. J’avais les tomates du jardin, la wifi dans la maison était allumée, j’étais sur un terrain privé où j’avais le droit d’être. Le bonheur ! » Depuis toujours, Joseph part en vacances en camping sauvage. Problème, en France comme dans beaucoup de pays étrangers, ce mode de voyage n’est pas vraiment toléré et même souvent interdit. « A chaque fois, on se retrouvait dans des zones sans camping « officiel », alors on dormait n’importe où. On avait pris l’habitude de se faire réveiller chaque matin par la police. » C’est pendant cette nuit passée dans un jardin qu’est née l’idée de Gamping , un site qui agrège des milliers d’espaces privés que les propriétaires acceptent de louer pour quelques jours à des campeurs.

La recherche d'un lieu de camping sur le site gamping.fr
La recherche d’un lieu de camping sur le site gamping.fr

Quand Gamping tournait sur un hébergement web

Après son master en entrepreneuriat, Joseph bloque en 2013 le nom de domaine gamping.fr, souscrit un hébergement mutualisé chez OVH.com et développe rapidement le premier jet de son site. Il contacte ensuite les premiers hôtes par téléphone et propose en quelques semaines une quarantaine d’emplacements à travers la France. Un peu par hasard, un journaliste du quotidien Le Parisien le contacte, l’interviewe et publie le lendemain une pleine page, diffusée dans l’édition nationale. Ce même été, Gamping passe sur Europe 1 et participe aux JT de France 2 et M6. Les semaines suivantes, les visiteurs affluent et le site fatigue un peu. Conçu très rapidement, le site basé sur WordPress peine à encaisser le nombre croissant de visites.

En décembre, Gamping accueille Louis-Xavier Vignal, son cofondateur, en provenance de Netvibes. Lui aussi est grand voyageur, mais surtout développeur hors-pair. Ensemble, Joseph et Louis-Xavier parviennent à construire l’actuelle et deuxième version de Gamping : plus fluide et plus claire, mais pas seulement : « avec l’augmentation croissante du trafic sur Gamping.fr, optimiser le site est devenu une véritable priorité, et la mission a été accomplie assez rapidement. » Depuis, même en période estivale, le site fonctionne à merveille.

En quelques années, le site de mise en relation entre campeurs et propriétaires a connu une ascension impressionnante, explicable par une attention médiatique sans faille, mais aussi (et surtout) par une qualité de service à toute épreuve. Comptant plus de 25 000 membres, Gamping enregistre déjà pour 2016 plusieurs milliers de réservations. Un nouvel associé vient d’ailleurs de rejoindre l’entreprise pour développer la startup dans de nouveaux pays, dont l’Espagne et l’Italie. « L’idée n’est pas tellement de proposer des emplacements aux quatre coins de l’Europe et du monde, mais bien d’attirer en France une clientèle en provenance de pays anglophones. C’est d’ailleurs pour ça que nous avons rapidement traduit l’ensemble de notre site en anglais, pour ne pas passer à côté de ce marché porteur » explique Joseph.

Gamping et les campings : une relation conflictuelle ?

Étonnamment, Gamping ne semble pas faire de l’ombre aux campings historiques qui proposent des emplacements traditionnels. Après plusieurs mois de fonctionnement, l’équipe de Gamping a pris conscience qu’elle ciblait surtout une nouvelle clientèle, jusque-là très peu adressée par les campings traditionnels. « En fait, on a généralement affaire à des jeunes couples qui partaient souvent sac sur le dos en camping sauvage. Les années ont passé, ils ont eu des enfants, et partir à l’improviste est devenu beaucoup plus compliqué » explique Joseph. Gamping offre un cadre sécurisant, permettant aux randonneurs et autres voyageurs de savoir à l’avance à quel endroit ils pourront passer la nuit. Le site de la startup offre en plus de nombreux détails sur l’environnement des lieux mis à disposition : wifi, sanitaires et autres cuisines sont généralement accessibles aux campeurs d’un soir. En somme, tous les avantages du camping accessibles dans des endroits auparavant pas forcément équipés.

Pour les propriétaires qui louent une partie de leur jardin, la tentation pourrait être grande de franchir la ligne jaune et de transformer ce qui n’était qu’une activité secondaire en un véritable camping. La startup a trouvé la parade : « on interdit la location plus de trois mois consécutifs ou discontinus sur un an, conformément à la réglementation et on passe beaucoup de temps à modérer les différentes annonces, pour supprimer celles des campings professionnels par exemple. Et en plus, l’ensemble des utilisateurs sont invités à évaluer leurs hôtes. On détecte ainsi très facilement les propriétaires qui tentent de profiter de Gamping en poussant des offres qui n’ont pas à y figurer. » Une politique assez stricte qui fait le succès de la startup, qui propose d’ailleurs des prix largement inférieurs aux 21 euros par nuitée pratiqués en moyenne par les campings français. En ce début d’été, Gamping continue sa folle progression, que ce soit dans les jardins et prés français, mais aussi dans les médias du monde entier, qui se penchent les uns après les autres sur cette startup française.

Comment Gamping résiste aux pics de charge grâce aux infrastructures OVH

Gamping utilise aujourd’hui un serveur dédié So you Start, boosté en RAM et en CPU. Deux instances Public Cloud sont utilisées par la startup pour des environnements bac à sable et d’intégration continue. So you Start permet à Gamping de bénéficier d’un rapport prix/puissance optimal et correspondant parfaitement à ses besoins. En période estivale, le site reçoit entre 3 et 4 000 visiteurs uniques par jour avec des pics de charge liés aux passages média pouvant aller jusqu’à 20 000 visiteurs en une heure environ, soit plusieurs milliers de visiteurs simultanés.

Gamping n’est (pratiquement) jamais tombé pendant un passage média. Sans intervention de la part de l’équipe technique, le serveur peut absorber jusqu’à 1000 visiteurs simultanés, ce qui correspond à peu près à l’apport de trafic provoqué par des émissions comme Télématin, un JT régional ou BFMTV. Mais pour des émissions comme Capital, Gamping est obligé de basculer son domaine gamping.fr vers son CDN en lui laissant encaisser la totalité de la charge pour la partie purement statique du site. Cette technique permet à la startup d’être certaine que sa page d’accueil reste systématiquement accessible. Les pages dynamiques sont servies depuis un domaine temporaire pointant vers le serveur So you Start. Au bout de quelques heures, l’équipe repasse sa configuration DNS à la normale en attendant le prochain passage média.

Aujourd’hui, Gamping cherche à améliorer sa capacité de réaction aux pics de charge qui vont en se multipliant. Un serveur de cache permet de servir l’ensemble des pages statiques couplé à un mode TV qui peut être activé à tout moment. Ce mode permet d’activer des caches de données supplémentaires pour les recherches les plus courantes, désactive certaines fonctionnalités avancées comme les filtres de recherche ou bien encore stoppe l’enregistrement de certains logs utilisateurs. Jusqu’à aujourd’hui, ce nouveau mode n’a pas été pris en défaut.