#IoT Connit : « Dans l’Internet of Things, le Machine to Machine est la partie immergée de l’iceberg »

Temps de lecture estimé : 4 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

Quel est le point commun entre un panneau publicitaire, un compteur d’eau, un compacteur de cartons ou encore une borne de recharge pour les véhicules électriques ? A priori, aucun. Sauf que ces équipements sont de plus en plus souvent connectés. « Grâce à des capteurs, ils sont capables de communiquer des informations sur leur état. Ce qui facilite à la fois la récupération de données précieuses et leur maintien en conditions opérationnelles à distance », explique Pierric Cistac, développeur chez Connit. Déployés en masse à travers le monde, ces équipements constituent un parc d’objets connectés « d’une utilité bien supérieure aux montres, bracelets, brosses à dents ou balances connectées qui représentent l’Internet des objets dans l’imaginaire collectif », selon lui.

#IoT Connit : « Dans l’Internet of Things, le Machine to Machine (M2M) est la partie immergée de l’iceberg »

« La plupart des usages restent encore à inventer »

Devenue intelligente, la borne de recharge pour véhicule électrique peut communiquer son état, signaler une prise hors-service. Le compteur d’eau peut transmettre sa relève à distance et, en agrégeant l’ensemble des relevés d’une même zone, il devient possible de détecter d’éventuelles fuites sur le réseau de distribution. Le compacteur de cartons peut transmettre son niveau de remplissage, pour déclencher le passage du camion-benne. « Les exemples sont nombreux, la plupart restant encore à imaginer. Et c’est sans compter les nouveaux services rendus possibles grâce à l’analyse statistique, a posteriori, de toutes les données récoltées. Des données aux algorithmes, des algorithmes au « Big Data », du « Big Data » au « Machine Learning », le chemin est bien engagé vers une nouvelle révolution. »

Installée à Labège près de Toulouse, au sein de l’IoT Valley, la startup Connit s’est spécialisée dans l’IoT Industriel, ou « Machine to Machine » (M2M), c’est-à-dire le suivi et le contrôle à distance d’appareils via des applications intelligentes. Historiquement concentrée sur le smart metering (compteurs intelligents), Connit gère aujourd’hui des projets très divers pour le compte d’industriels : Odeolis/DBT pour les bornes de recharge des voitures électriques du constructeur Nissan, Engie pour les compteurs électriques, Sogedo pour les compteurs d’eau, Tecsol pour les panneaux solaires… Au total, ce sont plus de 50 000 objets connectés déployés à travers le monde, dont Connit collecte, stocke et traite les données (environ 25 millions chaque mois).

« Dans l’IoT, il faut être bon partout : électronique, design, développement, infrastructure, organisation des systèmes… »

Ces projets requièrent des compétences pointues d’un bout à l’autre de la chaîne, depuis les capteurs et l’électronique embarquée (le hardware), jusqu’à la plateforme qui réceptionne les données (le software) et les services associés, en passant par les réseaux de communication bas débit dédiés à l’IoT (Sigfox, LoRa) ou le réseau mobile (GPRS).

« Un défi, car il est faut être bon partout, y compris sur le design des objets et des interfaces. » C’est pourquoi Connit a d’abord fait le choix du Dedicated Cloud pour sa plateforme de collecte et traitement des données : « Cette solution nous permet de nous dégager de la gestion matérielle des serveurs, administration et maintenance, qui est réalisée par OVH. Une activité chronophage, et ce n’est clairement pas dans ce domaine que nous avons le plus de valeur ajoutée. Le Dedicated Cloud nous permet en outre de bénéficier d’une haute disponibilité (indispensable pour ne pas manquer des données qui ne sont présentées qu’une seule fois), d’une forte résistance à la charge (via les réseaux bas débit, les données arrivent par paquets, occasionnant une charge irrégulière) et d’une forte scalabilité », explique Pierric Cistac.

Vers le DBaaS TimeSeries d’OVH

Aujourd’hui accompagnée par OVH dans le cadre du programme Digital Launch Pad , la startup envisage l’utilisation du ‘DBaaS TimeSeries , dans la perspective de déléguer davantage encore la gestion de sa plateforme à OVH, pour se concentrer sur son cœur de métier. « Avec le DBaaS TimeSeries, OVH gérerait entièrement, et sans la moindre intervention de notre part, l’encaissement des pics de charge, le stockage et la réplication des données, la scalabilité du cœur de notre plateforme, l’alerting via des connecteurs… bref, il ne nous resterait qu’à héberger les serveurs web de notre plateforme Live M2M, ainsi que les serveurs d’API. Ce serait extrêmement confortable, et économiquement intéressant du fait du mode de facturation à l’usage. » Le temps ainsi libéré pourrait être consacré à extraire toujours plus d’intelligence des données collectées. « Un exemple : nous avons développé une solution destinée à monitorer la température des réfrigérateurs, utilisée notamment par les supermarchés pour garantir le respect de la chaîne de froid. Nous exploitons les données pour du monitoring et déclencher des alertes en cas de besoin. Mais nous pourrions aussi, à partir de ces mêmes données, fournir des informations à la fois sur la performance du matériel fourni par les frigoristes, la qualité de la maintenance ou encore l’affluence des magasins, puisqu’en cas de forte affluence, les réfrigérateurs sont ouverts plus fréquemment, et leur température monte… »

Découvrez l’infrastructure déployée par Connit chez OVH.com

Pierric Cistac, développeur chez Connit, a présenté son infrastructure actuelle, basée sur le Dedicated Cloud, ainsi que ses projets à venir lors de l’OVH World Tour de Toulouse le 19 mai 2016.

Découvrez son témoignage en vidéo !

Copywriter at OVH.