Cloud Desktop OVH.com : qu’a-t-il que les autres n’ont pas ?

Temps de lecture estimé : 4 minute(s)

*Attention, ce contenu a été publié il y a 2 années. Il n'est peut-être plus d'actualité.*

OVH.com a lancé ses offres de bureau virtuel (Cloud Desktop) et Cloud Desktop Infrastructure (VDI). Pourquoi OVH.com a-t-il retenu la solution Horizon de VMware pour bâtir ces offres, et sur quelle plateforme technique reposent-elles ? Réponses avec François Loiseau, Senior cloud architect au sein de l’équipe qui a conçu ces offres.


À lire également

Pourquoi OVH mise (enfin) sur le bureau virtuel


Tour d’Horizon des choix techniques

Pour construire son offre de Cloud Desktop, OVH.com s’est appuyé sur la solution Horizon de VMware. Plusieurs raisons justifient ce choix, à commencer par le partenariat de longue date qui existe entre OVH et VMware. « Nous maîtrisons bien les technologies VMware, pour les exploiter depuis plusieurs années dans le cadre de l’offre Private Cloud. Et notre relation avec VMware nous permet par exemple de disposer d’Horizon 7 un peu avant tout le monde et d’en faire profiter nos clients. Ceci dit, nous ne sommes pas contentés d’exploiter la solution de VMware pour bâtir notre service. Nous l’avons utilisée comme une brique essentielle, autour de laquelle nous avons ajouté de l’automatisation. Et nous allons progressivement ajouter des couches de services supplémentaires : backup, possibilité d’interconnecter des bureaux virtuels via le vRack, etc. »

Outre la bonne connaissance des technologies VMware, ce qui a séduit OVH dans Horizon, ce sont « la simplicité d’exploitation, comparativement aux technologies concurrentes, et les performances, notamment de la technologie Blast Extreme, utilisée pour compresser le flux vidéo. » Ne restait plus alors qu’à se pencher sur un choix d’infrastructure alliant performances et optimisation des coûts, de sorte à pouvoir proposer une solution environ 30 % moins chère que la concurrence, à qualité équivalente. « Pour fonctionner, Horizon nécessite de s’appuyer sur l’hyperviseur vSphere (VMware). Cela tombe bien, puisque le Private Cloud d’OVH.com est une offre qui propose justement du « vSphere as a Service », avec une disponibilité maximale et une scalabilité infinie. Nous avons donc utilisé le Private Cloud pour héberger les machines de management d’Horizon. Les Cloud Desktop sont quant à eux déployés sur des serveurs dédiés, interconnectés via le vRack. Cette infrastructure hybride est un exemple typique de combinaison des services d’OVH.com, régulièrement observé chez les clients Private Cloud. » Par ailleurs, l’offre d’OVH.com se démarque de la concurrence par le fait d’offrir un accès au Cloud Desktop en tant qu’administrateur. « La plupart des concurrents offrent des bureaux virtuels sur lesquels vous êtes très limités, notamment dans l’installation des applications. Avec notre Cloud Desktop, vous n’êtes pas limité à un catalogue d’applications, vous êtes administrateur de la machine, donc vous pouvez installer n’importe quel logiciel, et même utiliser les licences dont vous disposez déjà (Bring your own licence). » Une liberté rendue possible par un important travail sur la sécurité de l’infrastructure et l’isolation de chaque bureau virtuel au sein d’un VLAN, de sorte qu’un utilisateur ne puisse pas causer de tort à ses voisins. Les prochains projets de l’équipe ? « Augmenter le choix des systèmes d’exploitation disponibles, aujourd’hui limité à Windows, en proposant des distributions Linux, et pourquoi pas Mac OS. »


Quel Cloud Desktop pour quels usages ?

La gamme de bureaux virtuels proposée par OVH.com, qui compte aujourd’hui 4 modèles à partir de 9,99 € HT/mois, a été pensée pour couvrir un large panel d’usages, depuis la bureautique (Cloud Desktop 1, voire 2 pour naviguer sur Internet et manipuler des fichiers Excel de plusieurs centaines de Mo), jusqu’à la retouche photo ou montage vidéo avec des modèles incluant une carte GPU (Cloud Desktop 4), en passant par le développement, par exemple pour faire tourner des IDE Java un peu gourmands en ressources (Cloud Desktop 3).


Cloud Desktop Infrastructure : la solution pour déployer et maîtriser son parc de bureaux virtuels

Dès lors qu’une entreprise possède un parc de plus de 50 postes, et donc un SI présentant un certain niveau de complexité, il devient plus intéressant pour elle de gérer elle-même sa propre infrastructure de bureau virtuel (Virtual Desktop Infrastructure – VDI). Outre le fait de pouvoir reproduire à l’identique son réseau local sur une infrastructure distante dont le DSI aura la totale maîtrise, l’intérêt est de gagner en efficacité sur la mise à disposition de nouveaux postes de travail, en créant ses propres templates, comprenant l’OS ainsi que les applications et droits d’accès adéquats en fonction de la typologie d’utilisateur et de son service de rattachement. Ainsi, un poste de travail pour un nouveau comptable au sein du département finance peut être déployé en quelques clics seulement…
Pour simplifier la mise en place d’une telle infrastructure VDI, OVH.com a dévoilé une offre de VDI as a Service basée sur Horizon et entièrement hébergée sur le Private Cloud : Cloud Desktop Infrastructure. Une solution qui garantit haute disponibilité, scalabilité, compatibilité avec le vRack (pour la création d’infrastructures hybrides associant des serveurs dédiés, par exemple pour héberger les serveurs applicatifs) et le Dedicated Connect (soit la possibilité d’étendre le réseau privé d’une entreprise jusque chez OVH, sans exposer son infrastructure sur le réseau public).
Voir l’exemple de la Communauté d’agglomération de l’aéroport du Bourget, qui utilise d’ores et déjà cette solution made in OVH.

Copywriter at OVH.