[E-santé] la startup Betterise Health Tech développe des « thérapies digitales », complémentaires des thérapies chimiques

Temps de lecture estimé : 5 minutes

En France, malgré les progrès des traitements médicamenteux, la première cause de cécité et d’amputation demeure le diabète. Aux États-Unis, cette maladie représente à elle seule 20 % des frais de santé. «  Le problème, explique la société Betterise Health Tech, c’est que 50 % de la thérapie consiste à modifier le mode de vie du patient, à travers des mesures hygiéno-diététiques.  » Et il n’existe aucun médicament pour changer nos habitudes et influencer notre comportement. Les nouvelles technologies, en revanche, peuvent s’avérer très efficaces pour fournir un accompagnement et un suivi au quotidien. Explications avec Paul-Louis Belletante, fondateur de la startup, qui fut parmi les premières à choisir la solution OVH Healthcare pour héberger les données de santé de ses utilisateurs.

Capture d’écran de l’application Betterise Diabète, développée par la startup Betterise Health Tech.

Du coaching santé aux thérapies digitales

En 2014, la startup Betterise Health Tech, installée à Biarritz, a lancé une application mobile intelligente de coaching santé : Betterise. Son objectif ? Rendre (enfin) utile le quantified self, cette mode apparue avec les premiers objets connectés portatifs, qui consiste à contempler sur de jolis tableaux de bord le nombre de pas réalisés dans la journée, la variation de son pouls pendant un jogging, ou encore la qualité de son sommeil. Pour cela, Paul-Louis Belletante a développé une application compatible avec la plupart des objets connectés du marché, du bracelet Fitbit aux montres Withings, en passant par les applications comme RunKeeper ou Google fit, dans lesquelles beaucoup consignent leurs activités sportives. Et il s’est entouré d’un comité scientifique, sous la direction du célèbre docteur Michel Cymes (également associé cofondateur). Un collège de médecins apporte ainsi du sens à cet agrégat de données. «  L’approche originale de Betterise, c’est de mettre vos données au service de votre santé, en prodiguant des conseils personnalisés couvrant 17 thématiques ayant un impact sur votre bien-être : nutrition, activité, sommeil, moral, stress, mémoire… Et tout ce que l’application vous dit est prouvé scientifiquement !  » Une approche qui convainc un nombre croissant d’entreprises et de mutuelles, qui financent l’application à leurs employés et assurés.

Derrière l’application, on trouve donc des médecins bien sûr, des journalistes scientifiques pour rédiger le contenu…mais aussi des spécialistes du Big Data (MongoDB en particulier) et une infrastructure robuste, hébergée sur le Private Cloud d’OVH : «  Pour accompagner de façon personnalisée les utilisateurs, les données de chacun d’entre eux sont brassées et passées à travers un filtre de près de 1 000 critères pour établir leur profil et générer les recommandations adéquates. Ces calculs sont réalisés à la demande, plusieurs fois par jour : en fait, à chaque fois que l’utilisateur interagit avec l’application ou la nourrit de nouvelles données.  »

Fort de cette expérience concluante, Betterise Health Tech n’a pas tardé à diversifier son offre, avec une application à destination des femmes enceintes (Moi, bientôt Maman), ou encore via un bot santé intelligent. Smart Alfred, c’est son nom, est un assistant de santé personnel, qui conjugue intelligence artificielle et expertise scientifique (à travers la compilation d’études par exemple), pour dispenser des conseils à travers les principales plateformes de messagerie (Facebook Messager, Google Allo). Il peut ainsi opportunément suggérer une recette de cuisine, ou inviter l’utilisateur, après avoir consulté la météo locale, à enfiler ses baskets pour un jogging après le dernier rendez-vous professionnel détecté dans son agenda électronique.

«  Le numérique ne va pas se substituer aux professionnels de santé. Il va leur permettre d’accompagner mieux leurs patients  »

Lorsque la startup a voulu mettre ses compétences et son savoir scientifique au service des malades du diabète (Betterise Diabète), tout en développant une solution de carnet de santé numérique intelligent, « les choses se sont un peu compliquées : nous allions devoir manipuler des données de santé à caractère personnel, soumises à un cadre réglementaire particulier.  » En attendant l’obtention de l’agrément HDS par OVH (qui a eu lieu en novembre 2016), Paul-Louis s’est renseigné sur les hébergeurs agréés : «  Pour rester politiquement correct, je dirais que les propositions que j’ai reçues étaient pour le moins opaques : des tarifs du simple au quadruple pour des prestations techniques équivalentes et, à vrai dire, aucune plateforme apportant le confort du Private Cloud OVH que nous utilisions déjà : haute disponibilité, scalabilité, résistance aux pics de charge…  ». Aussi, à l’annonce de l’obtention par OVH de l’agrément HDS, Paul-Louis Belletante n’a pas caché sa joie. Dans un e-mail adressé à l’équipe d’OVH, il écrivait ainsi «  Je me sens presque ému pour tout vous dire … HDS outragé, HDS martyrisé, mais HDS aujourd’hui libéré.  » Depuis, Betterise Heath Tech a donc opté pour l’offre OVH Healthcare et y héberge d’ores et déjà ses nouveaux services. «  Les performances de la solution OVH Healthcare nous permettent de nous développer sereinement, qu’il s’agisse de la croissance du nombre de nos utilisateurs ou des contraintes, de plus en plus fortes, de disponibilité de l’application et de sécurité des données.  »

Les professionnels de santé, intrigués puis franchement convaincus, constatent chaque jour les bénéfices sanitaires des dispositifs développés par Betterise Health Tech. «  Cela nous autorise à travailler pour obtenir la reconnaissance de certaines de nos applications comme «  dispositifs médicaux  ». Ainsi, Betterise Diabète pourrait bien, dans les années à venir, être pris en charge par la sécurité sociale et les complémentaires santé, au même titre que les traitements médicamenteux. «  Les prix jusque-là pratiqués dans l’hébergement des données de santé ont ralenti l’arrivée des nouvelles technologies dans le monde médical. Mais, grâce à OVH, les choses changent aujourd’hui ! Et je suis persuadé que c’est un événement très bénéfique pour les patients, comme pour les finances de notre système de santé. Le numérique ne va bien sûr pas se substituer aux professionnels de santé. Il va leur permettre d’accompagner mieux leurs patients : le médecin traitant peut ainsi accéder aux données de Betterise Diabète, mieux vous connaître et mieux vous suivre entre deux rendez-vous.  »

Gageons qu’en 2020, plus personne n’oubliera ses rappels de vaccins : votre carnet de santé sera dématérialisé, et vos rappels comme vos rendez-vous médicaux seront automatiquement ajoutés à l’agenda de votre smartphone. Votre médecin, quant à lui, n’aura que quelques clics à effectuer pour accéder à l’ensemble de vos résultats d’examens depuis votre naissance. Et peut-être même que votre carnet de santé numérique, avant votre médecin, vous avertira s’il pense qu’il y a quelque chose qui cloche.

Copywriter at OVH.