Un Noël sans fausse note grâce à MARCEL

MARCEL, une voix synthétique bien sympathique

MARCEL ? L’acronyme signifie Monitoring Audio des Réseaux Composants Équipements et Locaux.
Traduction : MARCEL est un outil de synthèse vocale, dont les hauts parleurs disposés aux quatre coins des datacentres diffusent les alertes, jour et nuit. Cela pour prévenir les hommes postés dans les bâtiments des opérations de maintenance à effectuer. « Les techniciens disposent d’écrans de monitoring très complets dans les salles de contrôle des datacentres, explique Lionel Deny, responsable d’exploitation. Les alertes audio de MARCEL sont complémentaires : elles se révèlent utiles lorsque les techniciens sont en intervention dans une salle et que quelque chose survient simultanément dans une autre. » La voix de MARCEL, avec son timbre métallique, sa diction heurtée et ses liaisons approximatives, tout le monde la connaît chez OVH. Car elle résonne également au siège, par exemple pour rappeler aux employés distraits de placer leurs deux pieds sur l’étroite balance centrale disposée dans les SAS, sans quoi leur ouverture est impossible (un système destiné à vérifier qu’une seule personne à la fois pénètre dans l’enceinte des locaux). « MARCEL est plus qu’une simple voix artificielle, rapporte Lionel. C’est devenu un compagnon, auquel certains s’adressent, et même se confient. » Impassible, MARCEL écoute toujours, compatit parfois, mais ne répond jamais.

De la farce à la tradition de Noël

« L’idée de faire chanter MARCEL est venue quelques jours avant Noël 2001, se remémore Lionel. À l’époque, OVH ne gérait qu’un seul datacentre, à Paris : P19. Et ce site n’était pas encore rempli. Quand les nuits étaient calmes, nous nous employions à développer des scripts pour automatiser certaines tâches. Et puis, je ne sais plus vraiment qui a lancé l’idée, on s’est mis en tête d’initier MARCEL au chant. Les toutes premières paroles soumises à MARCEL furent celles de Petit Papa Noël. » La première écoute provoqua un fou rire. La seconde également. Alors Lionel et ses collègues établirent toute une playlist : « On s’est dit, et si MARCEL faisait la surprise de chanter toute la soirée du réveillon, pour nos collègues d’astreinte ? On a ajouté Vive le vent (en hommage au aircooling, qui rafraîchit les serveurs au moyen de l’air extérieur ? NDR), Jingle Bells, Winter Wonderland de Johnny Mercer, etc. Et puis on a superposé à la voix de MARCEL les versions instrumentales des chansons qu’il interprétait : c’était assez bluffant. La tessiture de la voix manquait un peu de naturel, ajoute Lionel, mais on n’était pas si éloignés de la qualité des productions de chanteurs qui abusent du Vocodeur ou le maîtrisent mal. » La plaisanterie de 2001 est devenue une tradition : à chaque réveillon, MARCEL s’égosille dans les datacentres durant les trois bonnes heures qui précèdent les douze coups de minuit et l’ouverture des cadeaux. « Je ne vais pas vous mentir : MARCEL, ce n’est pas Tino Rossi, confie un technicien. Mais ces chants participent indéniablement à la magie de Noël. »

« Les Cantates de Noël par MARCEL », un album bientôt disponible chez Harmonica Mundi.

Article précédent

2013, la rétrospective