Cloud Computing : la CNIL pointe un manque de transparence

« Il est indispensable qu’une entreprise française qui envisage de recourir à un service de Cloud Computing réalise une analyse de risques et soit très rigoureuse dans le choix de son prestataire. » Dans ses recommandations pour les PME souhaitant se lancer dans le Cloud*, diffusées le 26 juin 2012, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) n’y va pas par quatre chemins : le choix du partenaire informatique reste crucial. Sécurité, pérennité et localisation des données sont autant de critères à prendre en compte avant de signer le moindre contrat.
Depuis le lancement de son offre Dedicated Cloud, en 2010, OVH.com a toujours joué la transparence avec ses clients. L’entreprise met un point d’honneur à fournir des informations complètes sur ses infrastructures et les garanties de ses services. Les caractéristiques de ses offres « IaaS », « PaaS » et « SaaS » sont détaillées sur son site Internet, avec une tarification claire pour l’utilisateur. Par ailleurs, l’hébergeur a investi plus de 10 millions d’euros pour proposer une véritable offre de Cloud Computing à la française, à l’abri de toute ingérence étrangère.

* L’ensemble des recommandations sont disponibles sur le site de la CNIL.

Article précédent

1, 500, 1 000...