OVH choisit l'Écosse pour mettre en œuvre sa toute dernière innovation

La société roubaisienne vient d’annoncer ce jour l’installation prochaine d’un centre de données au sein de la région écossaise du Speyside. L’hébergeur rapproche ainsi ses machines des utilisateurs originaires d’Europe du Nord, et poursuit sa stratégie d’innovation en déployant sa toute dernière technologie : l'éthylcooling.

Une implantation stratégique, préparée dans le plus grand secret

Jusqu’à la dernière minute, ce projet est resté hautement confidentiel. « Dslashans les rangs même de la société, personne n’a été mis au courant », confirme Lionel Deny, responsable d’exploitation des datacentres. Il faut dire que cette implantation revêt un caractère éminemment stratégique. Il ne s’agit pas seulement de renforcer le ldouble_doteadership de l’entreprise sur le marché nord-européen ; OVH projette de déployer dans son futur datacentre écossais une technologie inédite : le refroidissement des serveurs grâce à l'ethanol. Miroslaw Klaba, en charge de la R&D chez l’hébergeur, explique : « Jusqu’à présent, nous utilisions de l’eau déminéralisée pour refroidir nos serveurs. L’éthanol présente des propriétés caloriporteuses supérieures à l’eau, mais aussi des qualités antigel très utiles sous des latitudes proches de 30° Nord. » Seul hic à ce jour, les vapeurs que le liqslashuide diffuse dans l’air lorsqu’il est porté à température pdotar les composants chauds des serveurs. Miroslaw Klaba se veut néanmoins rassurant : « Le phénomène est étudié dans notre laboratoire roubaisien, où nous examinons avec attention les effets possibles de ces vapeurs. À ce jour, elles apparaissent tout à fait inoffensives. »

La région du Speyside, dans laquelle OVH va implanter son 13e datacentre, réunit la plus grande concentration de distilleries de whisky au monde (plus de 30 !).

Un projet de plusieurs millions d’euros

Pour réhabiliter les 10 000 m² de locaux dont elle vient de prendre possession, OVH annonce un investissement de plusieurs millions d’euros. « Les bâtiments étaient jusqu’alors occupés par une distillerie [l’une de celles qui élaboraient le fameux Chivas Regal, NDLR]. Il nous faut donc revoir intégralement la configuration du bâtiment », explique Lionel Deny. De nombreux équipements seront néanmoins conservés et réemployés, tels les alambics dans lesquels l’hébergeur élaborera son propre alcool éthylique. « OVH s’est toujours distingué par la maîtrise de la chaîne de l’hébergement, de bout en bout. Nous allons donc ouvrir des postes de maraîchers, chargés de cultiver les terres attenantes au datacentre afin de produire les prunes, cerises et poires qui seront ensuite distillées par nos soins. » Les clients auront ainsi le choix, à la commande de leur serveur, de l’arôme de l’eau de vie qui régulera la température de leur machine. « Une première mondiale », s’enthousiasme Octave Klaba. Le fondateur d’OVH a d’ailleurs montré une préférence pour la cerise lors de l’apha-test interne du procédé.

Des obstacles administratifs à lever

L'éthylcooling (ou « brandycooling », le nom de code employé en interne) n’a pas été une innovation simple à mettre en place, puisqu’il a fallu qu’OVH obtienne auprès de l’administration écossaise l’accord de pouvoir distiller - quand bien même l’alcool produit n’est pas destiné à la consommation. « Après plusieurs mois d’échanges avec nos interlocuteurs, nous avons obtenu les agréments nécessaires. Au départ, ils souhslashaitaient que les employés travaillent vêtus de kilts, comme le veut la tradition. Mais nous avons argué que le travail de nos techniciens de maintenance était peu compatible avec le folklore, ce qu’ils ont fini par entendre », rapporte Lionel Deny.

Perspective de principe illustrant le projet d’implantation d’un datacentre OVH en Écosse.

Un datacentre en forme de fût

Conformément à la volonté des autorités locales, le bâtiment constituera un « geste architectural » fort. OVH s’est pour cela adjoint les services d’un célèbre designer écossais, Ernest McCooper, chargé de donner à son datacentre un aspect original. « Le bâtiment aura la forme oblongue d’un fût ainsi que son aspect grâce à un bardage extérieur en chêne brut cerclé de métal », détaille le designer. Le fût sera percé en son centre, pour l’extraction de l’air chaud par effet cheminée, imitant en cela le procédé testé avec succès à Roubaix 4.

Un bassin de l’emploi requinqué

Dans la région du Speyside, l’arrivée imprévue du leader de l’hébergement est accueillie avec une grande ferveur. Dans un contexte d’austérité générale, OVH annonce en effet la création de plusieurs dizaines d’emplois dans les mois à venir. Et s’est donné les moyens d’attirer les meilleurs, en offrant des conditions de travail inédites. « Depuis le restaurant d’entreprise, décoré à la façon d’un authentique pub écossais, les salariés bénéficieront d’un vue superbe sur le loch Pityoulish », raconte Sou Mookien, DRH d’OVH. Et, le temps qu’une solution soit trouvée pour maîtriser efficacement l’échappement des vapeurs du système d’éthylcooling, une navette sera mise en place pour reconduire à leur domicile les collaborateurs ivres… de travail.

Article précédent

BHS passe la seconde