Des cartes NVIDIA pour des bureaux virtuels extrêmement performants

L’utilisation de bureaux virtuels (VDI) destinés aux utilisateurs de bureautique ou nomades se démocratise. Ces technologies évoluent rapidement afin d’étendre leurs usages, notamment pour des corps de métiers dont les applications gourmandes rendaient jusqu’alors la migration délicate.

Les avancées permettant à ces professionnels de bénéficier d'infrastructures de bureaux virtuels haute performance sont liées à la sortie de cartes graphiques spécifiques à cet usage, comme la NVIDIA K2, disponible chez OVH et compatible avec les solutions de virtualisation de VMware et Citrix.

Voici quelques exemples de cas d'usage et leurs applications relatives :

Design, dont les besoins sont centrés autour de suites logicielles d’édition et de manipulation d’éléments en 3D de type SolidWorks, Autodesk Maya, 3ds Max.

Bureautique puissante, regroupant les consommateurs de suites bureautiques dont PowerPoint, ainsi que d’inspection de résultats issus du travail des designers qu’ils manipulent dans SolidWorks View.

Créatifs/Studio, nécessitant des ressources pour leurs applications orientées contenus Photo/vidéo, comme Adobe Premiere Pro, ou encore Photoshop.

Les K1 et K2, de la génération Kepler, fournissent les processeurs graphiques (GPU) alloués et utilisés sous forme de vGPU (processeur graphique virtuel) par les solutions de virtualisation de bureaux virtuels (voir encadré ci-dessous). Les cartes K2 sont déjà disponibles sur nos serveurs Big HG, pour bâtir une infrastructure de bureaux virtuels, même pour des postes de travail dotés d'applications consommatrices en ressources.

vGPU & pGPU

Acronymes permettant de faire la distinction entre, d’une part, un GPU physique – processeur dédié au graphisme – pouvant être multiple sur une même carte graphique (2 pGPU dans le cas d’une K2), et d’autre part un GPU virtuel – qui est une portion d’un pGPU – exploité via une solution de virtualisation et alloué à un bureau virtuel en fonction des performances requises.

L’utilisation de ces cartes GPU permet à de nombreuses professions auparavant limitées par des applications nécessitant des performances supérieures, d’accélérer l'adoption des bureaux virtuels.

Pour aller plus loin, NVIDIA a annoncé l’été dernier lors du VMworld de San Francisco le lancement de GRID 2.0, sa dernière solution dédiée aux bureaux virtuels qui se décline en deux cartes, la M6 et M60, et embarque cette fois des GPU d’architecture Maxwell.

Selon NVIDIA, cette nouvelle génération de cartes permettra d’accéder à une densité d’utilisateurs plus importante.

Un des points forts de cette mouture 2.0 est notamment la compatibilité avec Linux, ce qui étend le champ des applications admissibles à cette technologie.

Ces cartes ont par ailleurs été élaborées en collaboration avec VMware ainsi que Citrix pour maximiser l’intégration au sein de leurs suites, respectivement Horizon 6 et XenDesktop, notamment pour le "passthrough", technologie permettant à un VDI d’exploiter toute la puissance d’un GPU physique pour ses rendus 2D/3D.

"Passthrough"

Fonctionnalité permettant à une machine virtuelle ou un bureau virtuel d’exploiter une ressource physique, ici un processeur graphique, sans passer par l’hyperviseur. Les performances s’en trouvent augmentées avec la réduction des intermédiaires lors des échanges de données. Cette technologie est notamment utilisée afin d’accéder à des disques bruts, des composants PCI, voire des ports USB.

Citrix ainsi que VMware ont déjà intégré l’utilisation de ces cartes dans leurs solutions, et communiqué sur leur implémentation et avantages : VMware Horizon et XenServer et XenDesktop.