Snapshot

.

Prérequis

Vous devez utiliser le client vSphere, soit en y accédant à l’aide de votre propre client local, soit en utilisant la connexion RDP que nous vous avons fournie lors de l’activation de votre PCC.

Le snapshot vous permet de capturer l’état de votre VM au moment ou vous le lancez. Ce snapshot comprend (selon vos choix) :
  • L’état de tous les disques de la machine virtuelle.
  • Le contenu de la mémoire de la machine virtuelle.

Les snapshots sont utiles quand vous devez retourner à plusieurs reprises au même état, sans créer de multiples machines virtuelles. Avec les snapshots, vous créez des positions de restauration. Vous pouvez ainsi préserver l’état de base d’une VM avant de la faire migrer vers un autre type de fonctionnement. Bien que les snapshots fournissent une image « instantanée » du disque, utilisables par les solutions de sauvegarde, nous vous déconseillons d’employer les snapshots pour vos propres sauvegardes de machine virtuelle. En effet, si vous avez un grand nombre de snapshots, ceux-ci mobiliseront beaucoup d’espace-disque et ne sont pas protégés en cas de panne matérielle.
.

Prise du snapshot

Sur votre VM, faites un clic droit, puis choisissez « Snapshot » et enfin « Prendre un Snapshot » :
Vous devez maintenant indiquer le nom que vous voulez attribuer à ce snapshot, sa description, et si vous souhaitez que la mémoire de la VM soit également incluse dans le snapshot.

Vous avez ici la possibilité de faire un snapshot avec ou sans la RAM utilisée par la VM.
Si vous intégrez la RAM au snapshot, cela allongera le temps d’exécution de la tâche, mais cela vous permettra de ne pas avoir à faire de reboot lors de la restauration de celui-ci. Dans le cas contraire, puisque la RAM n’est pas sauvegardée, la tâche sera plus rapide, mais un reboot de la VM sera nécessaire en cas de restauration.
.

Gestion des snapshot

Vous pouvez retrouver l’ensemble des snapshots d’une VM dans le snapshot Manager. Pour cela, faites un clic droit, puis choisissez « Snapshot » et enfin « Snapshot Manager » :

Clone

.

Prérequis

Vous devez utiliser le client vSphere, soit en y accédant à l’aide de votre propre client local, soit en utilisant la connexion RDP que nous vous avons fournie lors de l’activation de votre PCC.
.

Cloner une VM

Faites un clic droit sur la VM à cloner puis sélectionnez « Clone ».
Spécifiez le nom de votre nouvelle VM et son emplacement dans votre arborescence :
Sélectionnez le cluster dont dépendra cette VM :
Spécifiez le host principal de cette VM :
Indiquez maintenant le filer ou sera stocké l’espace-disque de cette VM. Sélectionnez, pour notre exemple, la VM de destination qui possède (ou non,) le même format que sa source. Vous pouvez utiliser :

  • Same Format as Source : la VM créée sera identique en tous points à la source ;
  • Thin provisioned format : créera le disque, mais n’utilisera que l’espace disque réellement employé sur le filer ;
  • Thick Format : utilisera l’ensemble de l’espace disque correspondant à la VM sur le filer.
Nous arrivons maintenant à la configuration réseau à appliquer à cette VM. Vous avez deux choix :
  • Do not customize : cela ne fera aucun changement sur la configuration réseau de la nouvelle VM par rapport à la source ;
  • Customize using the Customization Wizard : cette option vous permettra de spécifier les nouvelles configurations que vous souhaitez mettre en place sur cette nouvelle VM.
ATTENTION ! ! !
SI vous n'avez pas fait de Custom de la machine virtuelle, il est nécessaire de modifier la configuration du Clone avant de la démarrer, afin d'éviter un conflit d'IP.
Dans ce cas, il vous suffit simplement de décocher la carte réseau dans les paramètres de la machine virtuelle :