5 raisons de choisir un VPS avant de passer aux infrastructures dédiées

1. S’affranchir du matériel

La gestion d’infrastructures dédiées requiert une bonne connaissance du matériel. « Baser toute son activité sur un seul serveur, si l’on est peu expérimenté et que l’on ne sait pas comment sécuriser sa plateforme, c’est risquer d’aller au casse-pipe », assure Benjamin Fichel, responsable technique VPS chez OVH. « Pour construire une infrastructure dédiée solide, il faut plusieurs machines et, donc, des compétences d'administration systèmes ainsi qu’un investissement financier beaucoup plus importants. »
C’est ici que le VPS entre en jeu : il offre l’opportunité de se « faire la main » en matière d’administration, sans connaître d’entrée de jeu toutes les subtilités du matériel. Par exemple, plus besoin de paniquer au moindre problème sur un composant. Les systèmes et les équipes d’OVH (lire aussi l’encadré) réagissent alors immédiatement. « Avec les VPS, fini les nuits blanches à devoir réinstaller ses données lorsqu’un disque dur rend l’âme! Le service redémarre automatiquement sur un autre serveur physique, sans perte d’informations. »

L'équipe d'OVH veille 24/7 sur l'infrastructure VPS.

2. Choisir le prix et la qualité

Le VPS est un excellent compromis financier. Pour un prix modique, OVH fournit des ressources puissantes et évolutives pour concrétiser ses projets. Et, surtout, le VPS dispose de garanties solides en termes de disponibilité. « Beaucoup de développeurs et de petites entreprises n’ont pas assez d’argent pour commander deux serveurs, analyse Benjamin. Conséquence, ils ne peuvent mettre en place ni de la réplication ni de la redondance. En cas d’avarie sur le processeur ou une barrette de RAM, leurs services sont donc inaccessibles… avec toutes les conséquences imaginables sur leur chiffre d’affaires! »
Expert des infrastructures Internet et du cloud computing, OVH a ainsi bâti une architecture robuste pour ses VPS. Assurant un « uptime » maximal, celle-ci est notamment basée sur la force de l’offre Cloud Dédié, primée plusieurs fois à l’international.

OVH a bâti une architecture robuste pour ses VPS, basée notamment sur la puissance de Cloud Dédié.

3. Privilégier la simplicité

Passer d’un hébergement web, administré de A à Z par OVH, à un serveur dédié, où l’on peut tout faire au risque de planter complètement sa machine, a de quoi donner des sueurs froides. Le VPS a donc été pensé pour réaliser cette transition en douceur. Avec ses serveurs virtuels, OVH fournit en effet un ensemble de fonctionnalités par le biais de l’espace client. Sans connaissances poussées en gestion de serveurs, ces outils permettent de prendre en main le VPS et de réaliser facilement les opérations de gestion essentielles : redémarrage, réinstallation, évolution, activation d'options, monitoring…
À noter, pour les développeurs, que toutes ces fonctions sont également accessibles via une interface de programmation (API). Complète et sécurisée, elle est aussi d’une grande simplicité grâce à l’emploi de la technologie REST.

4. Gagner du temps

Que l’on souhaite se concentrer sur son métier (hébergement de sites et d’applications web par exemple) ou faire ses premiers pas dans l’administration de serveurs, le VPS permet de gagner un temps précieux. Non seulement les ressources sont disponibles immédiatement, mais les logiciels pour les exploiter sont aussi déployables en un clic.
Distributions nues, CMS pré-installés, panneaux de gestion ou encore architectures de développement : au total, ce sont plus de 15 environnements de travail prêts à l’emploi qu’OVH propose lors de l’achat d’un VPS. Et il est possible de changer d’avis à tout instant, via la commande de réinstallation.

Plus de 15 environnements de travail sont proposés lors de l’achat d’un VPS, dont PrestaShop pour l’e-commerce.

5. Ne pas s’enfermer

Les VPS s’insèrent parfaitement dans des architectures hybrides. Qu’ils soient la première brique de cette infrastructure ou un complément. « Certains développeurs restent fidèles aux VPS, parce qu’ils s’y sentent très bien et n’ont pas envie de gérer tout l’aspect matériel, explique Benjamin. Mais beaucoup de professionnels utilisent des VPS pour certaines phases de leurs projets, notamment les tests, et des serveurs dédiés pour d’autres. Les deux environnements sont complémentaires. »

De l’humain là où il faut

Toutes les actions offertes aux utilisateurs (réinstaller, redémarrer, arrêter, ajouter des IP, etc.) sont monitorées 24 heures sur 24 par une équipe d’astreinte. S’il y a le moindre problème, les spécialistes d’OVH vont donc prendre la relève et s’assurer que la tâche s’exécute le plus rapidement possible. « Le redémarrage d’un VPS prend environ 30 secondes, précise Benjamin Fichel. Si cette demande tombe en erreur, pour n’importe quelle raison, nous intervenons immédiatement. Le redémarrage sera un peu plus long que prévu – moins de 5 minutes – mais il ira jusqu’au bout. C’est un gage de qualité pour nos clients : toutes leurs requêtes sont traitées rapidement. »